Epilation et irritation intime...

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 03/08/2017 - 11h46
-A +A

PUB

Que se passe-t-il quand on arrache les poils?

Du coup, sans glandes sébacées, la peau épilée manque de fluide protecteur. L'eau qui remonte à sa surface s'évapore très rapidement et la peau devient sèche et irritable, très fragile.
Les femmes qui pratiquent l'épilation intégrale présentent donc des problèmes spécifiques. Leur vulve se fragilise et devient très facilement irritable. Elle peut brûler au contact ou au frottement avec les vêtements, les dessous (surtout synthétiques), les jeans serrés, les protège-slips. Or, la vulve est une zone naturelle de frottement, ne serait-ce qu'à la marche. Elle peut aussi devenir plus sensible aux mycoses ou aux infections vulvaires, car, par contiguïté, la muqueuse est moins bien protégée.

Une étude a ainsi montré que les personnes qui épilent leur zone intime sont plus vulnérables aux infections sexuellement transmissibles, en raison probablement des micro-coupures et lésions que la peau subit quand on arrache les poils. Même si elles sont invisibles et indolores, elles vont en effet faciliter l'arrivée de virus ou bactéries dans l'organisme.

Aussi, de nombreux gynécologues conseillent-ils de ne pas avoir recours à l'épilation définitive de la vulve. Une fois qu'elle est réalisée, si on la regrette, il est impossible de revenir en arrière. Et si elle entraîne un important inconfort vulvaire, il n'existe alors plus d'autre solution que de le supporter.

Initialement publié par Dr Catherine Solano le 10/05/2010 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 03/08/2017 - 11h46
Notez cet article
PUB