Endométriose et fertilité : relation complexe, solutions peu simples !

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 12/03/2015 - 15h31
-A +A

L'endométriose touche environ une femme sur dix, et peut entrainer une gamme étendue de symptômes pendant les règles. On sait depuis longtemps que l'endométriose rend la conception d'un enfant plus difficile. Pour quelles raisons ? Et comment peut-on réagir ?

PUB

L'endométriose : très fréquente et très diverse

L'endométriose est définie comme la présence de tissu endométrial, le tissu qui, en temps normal, tapisse la cavité utérine, et dans lequel l'oeuf fécondé va se nicher pour que la grossesse débute, en dehors de sa place habituelle. Ce tissu va alors former des nodules dans le péritoine pelvien (membrane qui tapisse le bassin), les trompes, les ovaires, la vessie, le tube digestif, le vagin... Or il reste soumis à l'influence hormonale: il se développe pendant une partie du cycle, puis se détruit. Cette évolution entraîne douleurs et inflammation dans les zones touchées. Le lien entre endométriose et fertilité, ou plutôt infertilité, est attesté par les statistiques. Son mécanisme n'a cependant pas encore été complètement éclairci. Tout semble indiquer qu'il n'y a pas une seule cause, mais bien un ensemble de modifications de l'utérus, des ovaires et de la cavité pelvienne qui nuisent à la fertilité. Entre autres, les chercheurs ont découvert:

  • Des modifications du fluide péritonéal qui pourrait affecter l'interaction entre le sperme et l'ovule.
  • Un changement dans l'endomètre qui l'empêcherait de jouer pleinement son rôle après fécondation.
  • Des dommages faits au tissu ovarien (la réserve d'ovaires non fécondés) soit par les nodules eux-mêmes, ou par la chirurgie.
  • La douleur joue elle aussi un rôle. En effet, l'endométriose peut entrainer des douleurs lors des relations sexuelles. Pour certains couples, la simple existence de rapports fécondants est donc remise en question.

Que faire contre l'endométriose et pour la fertilité ?

Les médecins peuvent lutter contre l'endométriose grâce à des médicaments qui bloquent la fonction ovarienne, ce qui élimine l'influence hormonale sur les tissus affectés. Ces médicaments sont cependant tous contraceptifs, et les études les plus récentes indiquent qu'ils n'augmentent pas la fertilité une fois que les femmes cessent de les prendre. Ils sont donc une indication contre l'endométriose, mais pas contre l'infertilité qui l'accompagne parfois.
La chirurgie contre l'endométriose consiste à retirer le tissu endométrial des zones où il ne devrait pas être. Il est difficile, voire impossible, d'évaluer son impact d'une manière générale puisque selon la patiente, les zones opérées ne seront pas les mêmes. L'opération sera en outre seulement un des nombreux facteurs qui peuvent influencer la fertilité. Pour les auteurs de l'étude, l'intérêt de la chirurgie est cependant bien réel. La complexité du sujet montre en tout cas qu'il est nécessaire, pour toutes les femmes qui souffrent d'endométriose (ou qui en montrent certains symptômes) et qui souhaitent concevoir un enfant, de consulter rapidement un gynécologue et d'explorer avec lui les différentes options qui s'ouvrent à elles.

Initialement publié par Marion Garteiser, journaliste santé le 17/09/2010 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 12/03/2015 - 15h31

Dominique de Ziegler et al., The Lancet, août 2010

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Quels sont les symptômes d'alerte de l'endométriose ? Publié le 08/08/2017 - 16h57

L'endométriose toucherait une femme sur dix entre 20 et 40 ans. Elle est due à un reflux de sang menstruel hors de l'utérus, dans le ventre par les trompes, avec pour conséquence la formation de nodules inflammatoires extrêmement douloureux. Le point...

Plus d'articles