Echographies prénatales : réservées aux médecins ?

Article créé le 25/02/2014 - 10h37 et mis à jour par Dr Philippe Violon le 24/02/2014 - 15h07
-A +A

Le conseil supérieur de la santé a récemment rendu un avis négatif ou tout du moins de prudence concernant la réalisation des échographies prénatales non médicales.

Prudence excessive ou mise en garde raisonnable ?

PUB

La mode des échographies souvenirs

Il est loin le temps où les parents tentaient de négocier auprès du gynécologue une image de l’échographie de leur futur enfant, imprimée de mauvaise grâce par le médecin sur papier thermique de piètre qualité.

Aujourd’hui la réduction du coût des technologies d’échographie les a rendues accessibles en dehors du milieu médical. Et de plus en plus de parents font appel à des sociétés qui leur proposent d’échographier le fœtus en 3D et en mouvement. Évidemment, tous les termes marketing sont utilisés : 4D, pour définir la 3D en mouvement et même, par certains, 5D ou échographie affective. Ce type d’échographie affective permettrait, « contrairement à ce qui se passe habituellement dans le bureau du médecin », d’après leur publicité, de créer une véritable relation affective entre les parents et le futur bébé grâce à des images de grande qualité et au temps consacré à l’échographie.

Médicalement sans danger ?

Étonnamment, le Conseil Supérieur de la Santé met en avant des arguments médicaux pour s’opposer à la réalisation de ces échographies de confort. Ils pointent du doigt le fait qu’on ne connaît pas les effets à long terme de l’exposition prolongée du fœtus aux ultrasons. Et que dans le contexte d’une échographie souvenir, justement, l’échographie serait prolongée… puisque c’est l’objectif de l’examen : voir le fœtus. Même si l’argument de prudence peut et doit être utilisé, il tient difficilement la route.

Rappelons :

  • Que l’échographie utilise des ondes « sonores » et non des rayonnements ionisants comme les rayons X.
  • Que l’échographie prénatale est utilisée depuis des dizaines d’années dans le monde médical sans que, a posteriori, on n’ait jamais démontré la moindre nocivité.
  • Qu’il a toujours existé des grossesses dites à risque qui nécessitent une surveillance échographique au-delà des 3 échographies prénatales habituellement recommandées et que l’augmentation de l’exposition de ces fœtus aux ultrasons n’a jamais été démontrée dangereuse.
  • Que les échographies médicales, en particulier celle du deuxième trimestre qui a pour but de détecter d’éventuelles malformations, doivent être réalisées par des échographistes très expérimentés. Ce qui n’empêche pas certains médecins de réaliser une échographie supplémentaire dans leur cabinet sans parfaitement maîtriser la technique.

Billet initialement publié le 25/02/2014 - 10h37 et mis à jour par Dr Philippe Violon le 24/02/2014 - 15h07
Ce billet fait partie du blog : Le blog de la Rédaction
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Grossesse: faut-il avoir peur des échographies? Publié le 31/01/2012 - 09h31

Que les patientes se rassurent, les échographies répétées durant la grossesse sont sans danger pour l' enfant à naître. Des chercheurs australiens montrent que si l'exposition des foetus à des examens échographiques répétés influe légèrement la taill...

Plus d'articles