Echographies prénatales : réservées aux médecins ?

Article créé le 25/02/2014 - 10h37 et mis à jour par Dr Philippe Violon le 24/02/2014 - 15h07
-A +A

PUB

Psychologiquement désastreuse

Étrangement, le Conseil Supérieur de la Santé n’évoque pas les conséquences psychologiques de ce type d’échographie. Pourtant il ne suffit pas pour ces échographistes du dimanche de bien répéter sur leurs sites internet que l’échographie n’est pas à but médical et que cette échographie de découverte du fœtus sera un pur moment de bonheur pour peu que la réalité colle obligatoirement à la promesse.

Car les aspects psychologiques sont évidemment fondamentaux lors d’une échographie de grossesse. Mais ils ne sont pas toujours ceux que l’on imagine.

Ce type d’échographie vous promet, par exemple, de déterminer le sexe du bébé, pour peu que ça n’ait pas encore été fait par le médecin. Et s’il y a erreur ? Et si les parents attendaient désespérément un garçon ou une fille et qu’on leur annonce l’inverse ?

Et que se passe-t-il si ces échographistes non expérimentés et non formés détectent une véritable malformation grave ? Sont-ils aptes à en parler aux parents ou vont-ils se taire et conserver un silence coupable ?

Et s’ils voient à l’échographie une image banale qu’ils interprètent comme une malformation, vont-ils en parler aux parents, les mettre dans un état d’angoisse terrible jusqu’à l’obtention, en milieu hospitalier, d’une véritable échographie médicale ?

Et certains parents, rassurés par ces belles images, vont-ils s’abstenir de passer une véritable échographie médicale, pourtant obligatoire ?

Le vrai danger de ces échographies non médicales est celui de l’incapacité à interpréter d’éventuelles données médicales et psychologiques (détermination du sexe) et à gérer la communication avec un client qui devient alors un patient. Rien de plus, rien de moins.

Billet initialement publié le 25/02/2014 - 10h37 et mis à jour par Dr Philippe Violon le 24/02/2014 - 15h07
Ce billet fait partie du blog : Le blog de la Rédaction
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB