Drogue: la révélation du test urinaire

Publié par Dr Peter Mareen le 24/02/2004 - 00h00
-A +A

8% des jeunes consomment de la drogue au moins une fois par semaine. Les parents sont souvent catastrophés quand ils soupconnent que leur enfant se drogue. Un simple test urinaire peut constituer un moyen de contrôle.

PUB

Le cannabis

L'association flamande VAD (Vereniging voor Alcohol- en andere Drugsproblemen) a demandé en 1999 à près de 48.000 élèves de l'enseignement secondaire de remplir un questionnaire où il est apparu que 8% d'entre eux consomment de la drogue au moins une fois par semaine. Près de 12% prennent de la drogue moins d'une fois par semaine. Il s'agit principalement de cannabis (marijuana ou haschisch).

Le test urinaire pour en avoir le coeur net?

Difficile pour les parents de déduire que leur enfant continue ou a arrêté de se droguer uniquement sur base de son comportement ou de son apparence. Le test urinaire apparaît comme un moyen de clarifier la situation. Mais offre-t-il vraiment la solution à ce problème délicat ou vaut-il mieux l'aborder autrement?

Publié par Dr Peter Mareen le 24/02/2004 - 00h00 Vereniging voor alcohol en andere drugproblemen. Drugs en urinetesting. Een folder voor ouders. www.druglijn.be
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
De l'extase à l'ecstasy Mis à jour le 05/11/2002 - 00h00

Les drogues et leur consommation constituent un véritable phénomène de société et posent des questions en termes de santé publique.

L'Union Européenne soutient les actions anti-drogues Mis à jour le 12/04/2010 - 00h00

L'Union européenne a lancé en 2009 un plan d'action anti-drogue qui doit durer trois ans. Le but est d'apporter une réponse au problème des drogues , mais en donnant l'initiative aux particuliers, aux associations et même aux entreprises plutôt qu'en...

En soirée et discothèque, sachez éviter le GBL Mis à jour le 12/10/2009 - 00h00

Le GBL signifie gamma-Butyrolactone. À l'origine, c'est un solvant dont l'utilisation a été détournée pour en faire une drogue aux effets très dangereux. Incolore et presque inodore, faites bien attention en soirée qu'une dose de GBL n'atterrisse dan...

La " drogue du viol " Mis à jour le 27/01/2004 - 00h00

Initialement utilisé en anesthésie générale, le gamma OH, plus connu sous le nom de GHB ou " drogue du violeur ", est aujourd'hui utilisé de facon criminelle. Inodore et incolore, cette substance peut facilement se glisser dans un verre à l'insu de l...

Plus d'articles