Donner son corps à la science

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 29/04/2014 - 15h38
-A +A

Afin de faire progresser la médecine, certaines personnes souhaitent donner leur corps à la science.

Quelles démarches faut-il accomplir ?

PUB

Comment donner son corps à la science ?

Il est assez simple, finalement, de faire don de son corps à la science.
Tout commence par exprimer votre volonté. Certaines universités proposent un formulaire ad hoc (comme l'UCL), mais ce n'est pas une condition nécessaire : tant qu'il existe un document clair et sans équivoque, écrit de votre main, signé et daté, tout est en ordre.

Conservez-en une copie et envoyez l'original à la faculté de médecine universitaire de votre choix, et plus précisément à l'unité ou au laboratoire d'anatomie humaine.

Vous recevrez normalement un accusé de réception, ainsi qu'une fiche que vous pourrez joindre à votre carte d'identité, fin que vos proches soient informés de vos souhaits au moment du décès.

Il est évident que vous ne pouvez pas vendre votre propre dépouille mortelle et, par conséquent, ni le futur défunt ni ses proches ni ses héritiers ne percevront la moindre contrepartie financière. Certaines facultés de médecine acceptent toutefois de supporter, en totalité ou en partie, les frais d'inhumation.

Au moment du décès du donateur, les proches en feront la déclaration à la commune et transmettront les documents qui prouvent la volonté du défunt de donner son corps à la science. Il est important que les démarches soient effectuées rapidement, parce que le transfert du corps doit avoir lieux dans les deux jours (48h) après la mort.

Il est important de se rendre compte que l'inhumation de la personne n'aura lieu qu'après que toutes les études aient été pratiquées. Cela peut donc arriver des semaines, des mois, voire des années après le décès. Par ailleurs, la famille n'est pas automatiquement prévenue du jour de l'inhumation. Seul l'endroit où le corps repose est communiqué.

Il y a quelques conditions pour qu'un corps soit accepté :

  • Que la personne soit décédée en Belgique ;
  • Et qu'aucune autopsie n'ait été demandée.

A quoi servent les corps ?

Ils servent de support pour les cours, mais peuvent aussi être utilisés dans des recherches cliniques ou dans le développement de biotechnologies.

 

Initialement publié par C. De Kock, journaliste santé le 09/03/2004 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 29/04/2014 - 15h38

http://notaire.be Administration communale d'Ixelles

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Don d'organe: faites connaître votre position! Mis à jour le 17/06/2008 - 00h00

Donneur ou pas, il est impératif de faire connaître sa position à son entourage proche. Trop de refus sont dus à un manque d'information sur la volonté du défunt. Et des dizaines de Belges meurent chaque année faute d'avoir recu à temps un greffon…

Don d'organes : don de vie Mis à jour le 16/03/2004 - 00h00

La transplantation d'organes et la greffe de tissus permettent de sauver la vie ou d'améliorer la qualité de vie de nombreuses personnes atteintes d'affections graves. En Belgique, c'est le principe " qui ne dit mot consent " qui prévaut en la matièr...

Connaissez-vous le don d'organe ? Publié le 14/08/2014 - 16h32

Donner ses organes est un geste de générosité. Oui, mais comment cela se passe-t-il ? A quoi ça sert exactement ? Savez-vous tout ce qu'il est bon de savoir sur le don d'organes ? Questions et réponses sur le don d'organes

Plus d'articles