Diabétoporose : quand le diabète et l’ostéoporose sont liés

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 16/05/2017 - 12h10
-A +A

Le diabète peut fragiliser les os. Le seul fait d’avoir un diabète expose à un risque de fracture plus élevé, surtout lorsque le diabète est mal contrôlé. Désormais, dans le diabète de type 1 comme dans le diabète de type 2, au même titre que l’on surveille le cœur, les vaisseaux, les reins, les nerfs et les yeux, il faut penser aux os. 

PUB

Deux fois plus de fractures de hanche en cas de diabète de type 2

La "diabétoporose" est une complication développée au cours du diabète. Elle entraîne une fragilité osseuse qui s’apparente à l’ostéoporose. Pour chiffrer l’ampleur du phénomène, les études les plus solides portent sur les fractures de hanche, emblématiques de l’ostéoporose. En cas de diabète de type 2 comparé à la population générale, ce risque de fracture de hanche est doublé. Il est même multiplié par cinq en cas de diabète de type 1 ; ce risque débute très tôt dans la vie et augmente de façon exponentielle (1-2).

Dr Julien Paccou, rhumatologue, service de rhumatologie du CHU de Lille, France, explique que « globalement, pour l’ensemble des types de fractures témoignant d’une fragilité osseuse, le risque fracturaire est augmenté de 30%, mais il est encore plus important pour les fractures de hanche. Malgré cela, l’ostéoporose est une complication encore trop souvent méconnue du diabète et peu de spécialistes font le lien entre les deux ».

Mauvais contrôle du diabète, risque de fracture augmenté

Si le fait d’être diabétique accroit le risque de fracture ostéoporotique, celui-ci est encore plus sérieux lorsque le taux de sucre dans le sang (glycémie) reste élevé en dépit des traitements. En effet, plusieurs publications scientifiques très récentes soulignent le lien entre un mauvais contrôle du diabète et un risque encore plus important de fractures d’ostéoporose (3).

Pour prendre la mesure de ce risque, une étude conduite chez des personnes diabétiques de type 2 vient enfin de relier des taux de sucre dans le sang représenté par l’hémoglobine glyquée (l’HbA1c, qui est le reflet de la glycémie sur les trois derniers mois) de plus en plus élevés (témoignant d’un contrôle de plus en plus mauvais) avec une incidence de plus en plus forte des fractures de la hanche. Concrètement, entre un niveau d’HbA1c entre 6-7% et un autre compris entre 9-10%, le risque est augmenté de 24% ! (4)

« Cette fragilité osseuse est dû à la maladie diabétique, explique le Dr Julien Paccou. Les médicaments antidiabétiques peuvent-il accentuer ou réduire ce risque d’ostéoporose ? Pas si simple de répondre car aucune étude n’a étudié ce point précis. Le fait que les personnes diabétiques sous insuline fassent encore plus de fractures que les autres ne suffit pas à les incriminer. En effet, si elles sont mises sous insuline, c’est parce que le diabète est souvent plus grave et plus ancien, entraînant de fait un risque plus important de fracture. Le caractère protecteur ou délétère propre à une molécule n’a pas pu être mis en évidence. Une seule classe de molécule augmente le risque de fractures de façon certaine : les glitazones. ».

Initialement publié par Hélène Joubert, journaliste scientifique le 22/06/2016 - 17h06 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 16/05/2017 - 12h10

 (1) Shah Diabetes Med 2015 ; (2) Weber Diab Care 2015 ; (3) J Bone Miner Res 2015 ; 301338-46 ; (4) Chia-Ing Li et al, J Bone Miner Res. 2015 ; (5) J Bone Miner Res. 2015 Aug;30(8):1386-93 

D’après un entretien avec le Dr Julien Paccou, rhumatologue, service de rhumatologie du CHU de Lille, France 

Notez cet article
PUB
A lire aussi
Ranélate de strontium : un puissant anti-ostéoporose Mis à jour le 15/05/2007 - 00h00

Le ranélate de strontium est un médicament récent dont les effets préventifs vis-à-vis de l' ostéoporose sont très puissants. Il diminue de 45% le risque de première fracture vertébrale et de 32% le risque de fracture périphérique (poignet, fémur). I...

Fractures du tibia et du péroné Publié le 04/04/2014 - 13h07

Le tibia et le péroné sont deux os de la jambe . Le premier est imposant (c’est l’os le plus grand, il doit supporter le poids du corps), l’autre est plutôt fin, mais ces deux os sont intimement liés. Ils sont réunis par une membrane interosseuse et...

Fractures de fatigue : prévention, détection et traitement Publié le 17/09/2013 - 16h57

Les fractures de fatigue sont difficiles à diagnostiquer et à traiter. Une bonne raison pour dépister les personnes dont les os sont fragiles, et qui sont donc plus à risque. Il existe un test de densité minérale osseuse (DMO) qui permet d'évaluer la...

Plus d'articles