Diabète

Mise à jour le 13/08/2009 - 02h00
-A +A

Le diabète est une maladie connue depuis la nuit des temps. Relativement exceptionnel pendant des siècles, le diabète a depuis quelques années une progression fulgurante et inquiétante.

PUB

Depuis l'Antiquité...

Le diabète existait déjà dans l'Antiquité. Il a longtemps été appelé "diabète sucré" à cause des urines sucrées contenant du glucose, typiques de cette maladie. A la fin du 19ème siècle, deux médecins allemands émirent l'hypothèse que le pancréas fabriquait une substance empêchant le glucose de s'accumuler dans le sang. En 1921, des chercheurs canadiens isolèrent cette substance et la baptisèrent "insuline". Ce nom fait référence aux "îlots de Langherans", la partie du pancréas, glande située derrière l'estomac, qui secrète cette hormone. A partir de 1922, on commença d'utiliser l'insuline pour soigner les diabétiques. Ce fut un véritable miracle car jusqu'alors cette maladie était mortelle. Vers la moitié du 20ème siècle, on découvrit des médicaments "hypoglycémiants".

Le diabète : une maladie très complexe

Le diabète est une modification de la chimie interne de l'organisme qui se manifeste par un excès de glucose dans le sang et une élimination de ce glucose dans les urines. Cette modification vient d'une insuffisance de sécrétion d'insuline et/ou d'une insuffisance d'action de l'insuline, hormone essentielle à l'assimilation, l'utilisation et la mise en réserve du glucose apporté par l'alimentation. Lors de la digestion les aliments sont dégradés par des enzymes en acides aminés, acides gras et glucose. Celui-ci traverse la paroi intestinale et se retrouve dans la circulation sanguine. La glycémie s'élève.Ce signal déclenche la sécrétion d'insuline par les cellules spécialisées du pancréas. Cette insuline circule dans le sang. Les cellules du foie, des muscles et des tissus graisseux détectent sa présence. Elles se mettent alors à utiliser le glucose comme carburant ou à le stocker pour un emploi ultérieur. La glycémie redevient normale. En cas de diabète, ce processus ne fonctionne pas. Soit à cause d'une carence totale ou partielle de sécrétion d'insuline : c'est le diabète de type 1 : Diabète insulino-dépendant (DID). Soit parce que les cellules cibles, celles qui détectent la présence d'insuline, ne répondent pas comme il faut : l'insuline est inopérante : c'est le diabète de type 2 : Diabète non insulino dépendant (DIND).

Initialement publié le 25/02/2002 - 01h00 et mis à jour le 13/08/2009 - 02h00
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Diabète de type 2 : l'insuline inhalée est efficace Mis à jour le 15/08/2006 - 00h00

L'équilibre glycémique est essentiel dans le traitement du diabète de type 2 non insulino-dépendant. En cas d'échec, si les antidiabétiques oraux s'avèrent insuffisants, il est nécessaire de recourir à des injections sous-cutanées d'insuline. Face à...

Plus d'articles