Diabète - Le pied du diabétique

PUB

Ces lésions peuvent être d'origine multiple et provoquer des complications vasculaires, neurologiques et infectieuses, peuvant aller jusqu'à l'amputation. C'est pourtant une des complications du diabète les plus mal connues.

Le diabète sucré provoque une altération progressive des nerfs et des vaisseaux. Les conséquences en sont particulièrement importantes au niveau des pieds. En effet, l'altération de la sensibilité cutanée par la destruction nerveuse (sensibilité au chaud et froid, au toucher, à la douleur) fait que les traumatismes et plaies du pied sont moins ressentis et négligés. Ils cicatrisent également moins bien car la vascularisation cutanée est détériorée. Cette atteinte vasculaire est l'équivalent de l'artérite chez les non diabétiques. Elle touche également les petites artères, provoquant également une atteinte des reins et de la rétine. Une cause déclenchante est retrouvée dans la moitié des cas.

La prévention est essentielle, aussi bien pour éviter l'apparition d'une plaie que pour éviter une amputation. Cette prévention est quotidienne:

  • port de chaussures en bon état ne blessant pas les pieds;
  • pas de lacets trop serrés;
  • pas de marche pied nu sur un sol irrégulier ou agressif (rochers...), un simple petit caillou peu blesser le pied sans que l'on s'en rende compte;
  • éviter les sources de chaleur pouvant brûler (bain de pied, bouillotte, radiateur);
  • soins et examen des pieds réguliers;
  • consultation au moindre problème cutané.

La peau des pieds dont la vascularisation est déficiente est lisse, fine, sèche et froide. Elle se recolore difficilement. Une plaie sur ce type de peau est plus douloureuse qu'une plaie sur une peau normale. Elle est également plus sèche (par diminution de la sudation). En cas de gangrène, les zones atteintes sont les extrémités des orteils et le talon. Une des lésions typiques du pied diabétique est le "mal perforant plantaire", petit cratère situé sur une zone d'appui, qui a du mal à cicatriser. L'atteinte des nerfs peut se traduire par une diminution des sensibilités au froid, au chaud, au toucher, à la douleur. Des crampes et douleurs sans raison évidente sont également possibles. D'une manière générale, il faut consulter dès l'apparition de la moindre lésion ou plaie sur les pieds.

L'examen clinique et l'interrogatoire du médecin permettent déjà de se faire une bonne idée de l'altération vasculaire et nerveuse du pied chez un diabétique. Pour préciser les problèmes de diminution de la sensibilité, le médecin pratique des tests simples, par exemple en mettant en contact avec la peau des objets froids ou chauds. Si c'est insuffisant, il peut demander un électromyogramme, examen permettant de mesurer la vitesse de conduction électrique des nerfs. Pour préciser l'état des artères, il teste le rapidité de recoloration cutanée par simple pression du doigt ou en surélevant le pied pour le rabaisser ensuite. Il palpe également les pouls et peut demander un examen Doppler (échographie permettant de mesurer le débit sanguin des artères), ou une artériographie (radio spécialisée permettant de visualiser le trajet des artères ainsi que leur calibre).

Une lésion cutanée (par exemple un mal perforant) apparue sur un pied de personne diabétique est difficile à guérir et à soigner par des soins locaux. L'essentiel est donc la prévention de ces lésions, d'une part par un bon équilibre du diabète, d'autre part par les précautions et les soins quotidiens en rapport avec les pieds. Globalement, la perte de sensibilité au niveau du pied doit être compensée par la vue (examen visuel régulier) et le toucher digital (la main peut sentir dans la chaussure ce que le pied n'a pas senti).

  • Les soins quotidiens comprennent un lavage des pieds à l'eau tiède (36-37°C à bien contrôler) avec un savon non irritant, sans utiliser de brosse ni de gant de crin.
  • Les bains de pieds ne doivent pas être prolongés plus de cinq minutes.
  • Après les soins des pieds il faut bien les sécher.
  • Les ongles doivent être coupés régulièrement et avec précaution, afin d'éviter qu'ils blessent la peau.
  • Les mycoses sont à soigner dès leur apparition et le pied doit rester le plus sec possible.
  • Les plaies doivent être désinfectées avec une compresse stérile et un produit antiseptique de type Hexomédine. Il ne faut pas utiliser l'alcool qui est agressif. Faire ensuite un pansement sec maintenu par un sparadrap en papier (qui ne risque pas d'arracher la peau).
Publié par <a href="/taxonomy/term/19135" hreflang="fr">Dr Renaud Guichard</a> le 26/03/2003 - 01h00

www.diabsurf.com
"Pied et diabète", F. Bonnel, Editeur Sauramps Médical.

Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Le pied des diabétiques mérite toute leur attention Publié le 17/01/2012 - 11h01

Près de la moitié des amputations de la jambe ou de la cuisse concernent des diabétiques . En cause: les infections du pied , auxquelles ils sont plus sujets et qu'ils ne ressentent pas, ce qui les met en danger d' infections très graves. Pourtant, s...

Diabète et dépression Publié le 17/01/2012 - 11h00

Les patients diabétiques sont deux fois plus exposés que les personnes non diabétiques au risque de dépression , particulièrement ceux qui souffrent de complications oculaires, nerveuses ou cardiovasculaires.

Plus d'articles