Diabète : attention aux idées reçues !

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 07/10/2013 - 11h59
-A +A

Le diabète a beau être très fréquent, beaucoup d’idées fausses circulent encore à son propos.

Il faut les combattre, parce qu’elles nous empêchent d’avoir les bons réflexes contre cette maladie…

Selon l'OMS, 347 millions de personnes sont diabétiques dans le monde. En Belgique, on estime à 600 000 le nombre de personnes diabétiques dont 250 000 ignorent qu'elles en sont atteintes.Des chiffres qui pourraient doubler d’ici vingt ans si l’on n’adopte pas un mode de vie plus sain.

Dans ce but, voici 4 idées reçues à combattre.

PUB

Idée reçue N°1 : le risque de développer du diabète n’est pas très élevé

Le diabète concerne 5% de la population globale, ce qui est déjà considérable. Et le risque augmente fortement avec l’âge : au-delà de 65 ans, 20% des personnes sont atteintes du diabète, donc une personne sur 5.

En d’autres termes, vue l’augmentation de l’espérance de vie, tout le monde est concerné par le diabète !

Idée reçue N°2 : le diabète n’est pas une maladie très grave

Certes, le diabète s’il est bien suivi et si la glycémie est stabilisée n’empêche pas de vivre une vie normale. C’est pourquoi il est facile de le considérer comme simplement un chiffre de plus après une prise de sang : quelque chose d’abstrait, qui ne présente pas de vrai danger.

Pourtant les complications du diabète sont fréquentes et peuvent être très sérieuses, allant jusqu’à la cécité (2% des malades ; 85% présentent des problèmes de vue) ou la nécessité d’amputer un membre (5 à 10% des diabétiques sont à risque).

 

Idée reçue N°3 : si j’étais diabétique, je le saurais

C’est peut-être l’idée fausse la plus dangereuse de toutes. En effet, on estime qu’en Belgique un diabétique sur deux n’est pas diagnostiqué, et donc pas suivi ni traité.

Or les effets secondaires du diabète sont beaucoup moins fréquents et moins sévères si la maladie est maîtrisée. C’est pourquoi un dépistage régulier est important, surtout pour les personnes qui présentent des facteurs de risque de diabète (antécédents de diabète dans la famille, surpoids, etc.)

Idées reçue N°4 : le diabète arrive tout seul et on ne peut rien pour l’empêcher

Petit rappel : il existe deux sortes de diabète.

Le diabète de type 1 est effectivement une maladie qui est présente dès la naissance, influencée par des facteurs génétiques héréditaires.
Mais entre 80 et 90% des cas de diabète sont des diabètes dits de type 2, qui ne débutent que plus tard dans la vie.
Les causes de ce second type de diabète sont beaucoup plus diverses. Il existe certainement une composante génétique, mais notre style de vie peut augmenter ou diminuer le fait de développer effectivement la maladie.

Une alimentation équilibrée, un poids maîtrisé et une activité physique régulière peuvent faire une réelle différence.

Initialement publié par Marion Garteiser, journaliste santé le 07/10/2013 - 16h29 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 07/10/2013 - 11h59

INAMI - Le diabète en Belgique : état des lieux

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Diabète de type 2 : attention aux hypoglycémies ! Mis à jour le 18/11/2015 - 12h37

Soigner le diabète, c'est avant tout contrôler la glycémie tout en évitant les hypoglycémies, un risque encore négligé dans le diabète de type 2 . Or les hypoglycémies sévères ont des conséquences parfois très graves, avec un risque d’hospitalisation...

7 vérités sur la glycémie et le diabète de type 2 Mis à jour le 25/02/2015 - 16h34

Le diabète est une maladie métabolique entourée d’idées reçues qu’il est régulièrement nécessaire de corriger. Les objectifs : favoriser le dépistage du diabète de type 2 et améliorer la prise en charge du diabétique pour minimiser les conséquences....

Plus d'articles