• rating
    • rating
    • rating
    • rating
    • rating
    0 avis
  • Commentaires (0)

DHEA: les initiales de jouvence

DHEA: les initiales de jouvence Parmi toutes les tentations auxquelles sont exposés les sportifs, il y a celle de prendre de la DHEA.

A la fin des années 90, la DHEA défrayait la chronique. On lui attribuait un tas de vertus notamment d'induire un rajeunissement des tissus (peau, muscles, os). Les sportifs étaient également très sensibles aux promesses d'un surcroît de vigueur. Le produit fut logiquement repris sur la liste rouge du CIO dès 1997. Sa détection pose toutefois problème. La DHEA est certes facile à doser dans les urines. Mais on trouve naturellement chez les adultes en pleine santé des écarts importants d'un individu à l'autre. Quant à l'approvisionnement, il ne pose guère de problème. Bien qu'aucun médicament à base de DHEA n'ait encore obtenu d'autorisation de mise sur le marché, l'hormone peut être prescrite par un médecin sous forme de préparation magistrale réalisée par le pharmacien. On peut aussi s'en procurer assez facilement sur Internet. Aujourd'hui, la mode est passée. Mais on peut s'intéresser avec le recul sur les raisons d'un tel engouement.

DHEA, qui es-tu?

La DHEA est un composé chimique (dehydroépiandrostérone) naturellement présent dans le corps humain. Elle est produite par les glandes surrénales sur base des grosses molécules de cholestérol. On ne sait pas très bien à quoi elle sert… Certains auteurs évoquent une action d'entretien de la filière hormonale susceptible à tout moment de switcher sur une hormone beaucoup plus essentielle à la vie: la cortisone. Chaque individu adulte se voit ainsi caractérisé par un taux de DHEA-sulfate autour de 3.000 nanogrammes par millilitre de sang chez l'homme et de 1.500 nanogrammes par millilitre de sang chez la femme. La production débute vers l'âge de 7 ans et les taux grimpent verticalement à la puberté. Puis, à partir de 25-30 ans, on remarque une diminution progressive, si bien qu'à l'âge de 50 ans le taux de DHEA se trouve réduit de moitié, pour atteindre 10% à 70 ans. Faut-il faire le lien entre ce phénomène et la survenue des symptômes de l'âge: perte d'énergie, fatigue, rides, fragilité osseuse? Cette idée est à l'origine du succès commercial de l'hormone dans le monde entier. Cependant aucune étude clinique n'atteste encore de son efficacité. Le seul résultat probant concerne… une amélioration de la libido chez les femmes de plus de 70 ans.

Leurre de vérité

Le dopage à la DHEA ne semble pas non plus d'une grande efficacité. L'hypothèse existe qu'une prise exogène de DHEA relance la production d'hormone de croissance. Voilà qui rejoindrait les motivations des consommateurs qui visent un renforcement de leur énergie et de leur vitalité. Mais cette hypothèse paraît tout de même assez peu probable et, plus vraisemblablement, cette mode s'est développée comme une nouvelle preuve de la crédulité de certains athlètes prêts à tout en échange d'hypothétiques avantages.

Article publié par le 08/11/2005

Sources : Avis de l'Académie Royale de Médecine de Belgique: http://www.armb.be/avis&recommand7.htm Rapport de l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps): http://www.agmed.sante.gouv.fr/pdf/5/dhea1.pdf

Trouvez-vous cet article intéressant ?
 

en savoir plus

image_format_460_230

DHEA

  • DHEA - Sulfate de déhydroépiandrostérone - SDHEA 
    Prélèvement : prélèvement de sang veineux
    Bilan : Bilan hormonal 
    • rating
    • rating
    • rating
    • rating
    • rating
Index ArchivesIndex alphabétiqueIndex des recettesIndex top recherche
Les services