Dépression hivernale et dépression saisonnière

PUB

Il arrive que cette dépression ne se manifeste pas certaines années, mais il faut en avoir souffert deux ans de suite pour que le diagnostic soit valable. La dépression hivernale frappe trois femmes pour un homme, dans la trentaine surtout. Son incidence augmente à mesure qu'on se déplace vers le nord. Beaucoup moins fréquente, la dépression estivale apparaît quant à elle à la fin du printemps et disparaît à la fin de l'été. Elle est encore plus méconnue que la précédente.

Les symptômes de dépression saisonnière, souvent différents d'un patient à l'autre, sont les suivants :

  • tristesse pouvant aller jusqu'aux idées suicidaires ;
  • fatigue, propension excessive au sommeil ;
  • augmentation de l'appétit, rages de sucre et de féculents, gain de poids ;
  • perte de la libido (caractérise surtout la dépression hivernale) ;
  • manque d'énergie et de motivation ;
  • difficulté à s'acquitter des tâches quotidiennes (famille, travail, etc).

 

Dépression hivernale

  • sensibilité individuelle à la diminution de lumière ;
  • surproduction, l'hiver, d'une hormone appelée mélatonine, qui influence probablement la diminution de la production de sérotonine, autre hormone régularisant l'humeur, l'appétit et la libido pendant les heures d'éveil ;
  • ralentissement de l'horloge biologique attribué au manque de lumière.



Dépression estivale

  • sensibilité individuelle à la chaleur et à la lumière ;
  • mécanisme inconnu à ce jour.

 

Dépression hivernale

  • S'exposer à la lumière sous toutes ses formes.
    À l'extérieur ou à l'intérieur, assurez-vous d'être exposé à une lumière suffisante, surtout le matin. Dans la maison, allumez suffisamment de lampes pour obtenir un éclairage brillant.
  • Lutter contre l'envie de dormir le jour.
    Adoptez un horaire de sommeil nocturne de huit heures environ et tenez-vous-y. Couchez-vous plus tôt et levez-vous de bonne heure.
  • Ne pas utiliser de photothérapie sans avoir consulté le médecin traitant.
    Certaines maladies peuvent constituer des contre-indications à la photothérapie.
  • Suivre attentivement les instructions concernant la photothérapie.
    Les anciens modèles de lampes thérapeutiques exigeaient qu'on jette un bref coup d'oeil sur la lampe toutes les minutes. Ce n'est plus nécessaire avec les nouveaux modèles.
  • Ne pas fixer des yeux la lampe pendant la photothérapie.
    Assurez-vous d'être dans le champ de lumière, mais attention : fixer l'élément lumineux est dangereux pour les yeux.
  • Continuer sans interruption le traitement de photothérapie.
    Et ce, même si vous vous sentez mieux. La dépression se manifesterait à nouveau au bout de deux à quatre jours.
  • Éviter la photothérapie le soir.
    Cela risque de retarder votre sommeil et de dérégler de nouveau votre horloge biologique.
  • Continuer de prendre ses antidépresseurs pendant la photothérapie.
    Si votre médecin vous a prescrit des antidépresseurs, ne cessez pas de les prendre sans l'avoir consulté.
  • Éliminer le stress.
    N'hésitez pas à éliminer toutes les sources de stress sur lesquelles vous pouvez agir.

Dépression estivale

  • Se tenir loin de la chaleur et du soleil.
    À l'extérieur, sortez tôt le matin ou en fin de journée et portez des lunettes de soleil. Dans la maison, une atmosphère climatisée et un éclairage tamisé sont recommandés.

 

Vous êtes déprimé au point de ne pouvoir vaquer à vos occupations habituelles.

Le médecin tente de distinguer entre dépression saisonnière et dépression non saisonnière. Il faut au moins deux dépressions saisonnières hivernales consécutives pour poser le diagnostic, mais cela n'empêche nullement d'instituer un traitement. Les critères concernant le diagnostic de la dépression estivale n'ont pas encore été établis.

Dépression hivernale Le traitement de choix est la photothérapie. Elle s'avère efficace chez 60 % à 70 % des patients et donne des résultats au bout de trois à quatre jours, mais il faut persévérer 14 jours avant de conclure à un échec. On utilise chez soi un boîtier diffusant 10 000 unités de lumière fluorescente au niveau des yeux, dans le but de régulariser l'horloge biologique. Il faut s'y exposer 30 minutes chaque matin et pour toute la durée de la saison. On peut ajouter une séance le midi. Les maladies des yeux et le diabète constituent d'éventuelles contre-indications à faire évaluer par un ophtalmologiste. Si la photothérapie est impossible, des antidépresseurs recapteurs de la sérotonine (Prozac, Paxil, Zoloft, etc.) seront prescrits. Dépression estivale Les patients devront éviter la chaleur et le soleil, et ils tireront avantage d'un antidépresseur après consultation avec le médecin traitant.

Publié par <a href="/taxonomy/term/18886" hreflang="fr">Dr Abdu'l - Missagh Ghadirian, Psychiatre</a> le 06/09/2001 - 02h00

Guide familial des maladies publié sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Média, 2001

Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Pour les femmes, certaines périodes favorisent la dépression Mis à jour le 29/07/2008 - 00h00

Les hormones féminines influent sur beaucoup d'aspects de la santé, y compris sur les troubles de l'humeur comme la dépression. Les règles, la période qui suit les accouchements et la préménopause sont à risque pour une dépression; c'est bon à savoir...

La dépression estivale, ça existe aussi ! Publié le 08/08/2017 - 16h59

Vous pensez peut-être que la dépression hivernale, due au manque de lumière et au froid, est une maladie très répandue. Il est vrai que la plupart d'entre nous se trouve moins dynamique, moins joyeux, plus renfermé avec moins d'envies de sortir en hi...

Plus d'articles