• rating
    • rating
    • rating
    • rating
    • rating
    2 avis
  • Commentaires (0)

Déni de grossesse: quand le corps ne sait pas

Déni de grossesse: quand le corps ne sait pasComment peut-on être enceinte sans en avoir conscience? Encore peu étudié, le déni de grossesse peut pourtant toucher des femmes de tout milieu et de tout âge. Dans ce cas, ni l'esprit ni le corps ne savent qu'un enfant est presque là...

Déni de grossesse et risque pour le nourrisson


Le déni de grossesse se définit comme le fait d'être enceinte et de ne pas en avoir conscience. On distingue le déni partiel, qui prend fin avant le terme de la grossesse, et le déni total, qui se poursuit jusqu'à l'accouchement. Dans ce cas, le risque de décès pour le nourrisson est réel, surtout lorsque l'accouchement se passe dans la solitude. L'état de sidération où se trouve alors la jeune mère, effrayée par le sang et par ce corps étranger dont elle ne soupçonnait pas la présence, peut conduire au décès du nourrisson, accidentellement, par manque de soins ou par un acte de violence. Lorsque la jeune femme est prise en charge par l'hôpital - où elle arrive souvent pour d'horribles "maux de ventre" -, le fait d'entendre qu'elle est enceinte et qu'elle va accoucher peut lui permettre d'accepter enfin la venue de cet enfant.

Déni de grossesse: qui est concerné?


Peu fréquent, le déni de grossesse concernerait environ une naissance sur 500. Il n'est pas, comme on a pu le croire, une situation réservée aux très jeunes femmes ou à des personnes d'un faible niveau intellectuel ou socialement défavorisées. Une étude française a montré que tous les milieux sociaux étaient concernés et que la moitié des femmes vivant un déni étaient déjà mères d'un ou de plusieurs enfants. En revanche, il est vrai que le déni de grossesse relève souvent d'une grande fragilité psycho-affective et d'un rapport négatif à son propre corps. A cette instabilité s'ajoutent les circonstances de la vie (divorce, surmenage, menace de devoir avorter...) qui font qu'à un moment, pour une femme, la grossesse est tout simplement impensable.

Article publié par le 15/02/2010

Sources : C. Pierronne, M.-A. Delannoy, C. Florequin, M. Libert, Le déni de grossesse à propos de 56 cas observés en maternité, Perspectives psychiatriques, juillet 2002, vol 41, pp 182-188. - "Passagers clandestins in utero", Le Monde, 16 novembre 2009. - www.afrdg.info (Association française pour la reconnaissance du déni de grossesse)

Trouvez-vous cet article intéressant ?
 

en savoir plus

image_format_460_230

Les fausses couches du premier trimestre

  • Les fausses couches du premier trimestre surviennent en moyenne sur 15 % des grossesses. Leur fréquence est même ...
    • rating
    • rating
    • rating
    • rating
    • rating
Index ArchivesIndex alphabétiqueIndex des recettesIndex top recherche
Les services