Cushing (maladie de Cushing)

PUB

Les symptômes de la maladie de Cushing sont très variés, mais malheureusement très banaux. Ainsi, le challenge consiste à y penser, car il existe un traitement efficace de cette affection.

La maladie de Cushing est due à une sécrétion trop importante de cortisone par les deux glandes surrénales. Ces glandes sont situées chacune au-dessus d'un rein. La sécrétion de cortisol (cortisone humaine) est régulée par une autre hormone, l'ACTH, sécrétée par la glande hypophyse (petite glande située à la base du cerveau). En fait, c'est cette hormone ACTH qui est produite en trop grande quantité en raison d'une tumeur de l'hypophyse, appelée adénome hypophysaire (d'autres maladies liées à d'autres hormones viennent également d'adénomes de l'hypophyse). Attention, on appelle "syndrome de Cushing", l'ensemble des maladies résultant d'une sécrétion trop forte de cortisone, mais l'origine de cette hypersécrétion n'est pas systématiquement la glande hypophyse ; comme par exemple, les glandes surrénales elles-mêmes, ou un cancer (pas forcément de l'hypophyse ou des surrénales).

Il est impossible de donner des conseils concernant cette maladie très rare et de diagnostic très difficile. Sachez cependant que le diagnostic prend généralement beaucoup de temps, même pour une équipe spécialisée, et que le traitement chirurgical est actuellement le seul efficace, bien qu'il semble agressif.

Pour situer la difficulté, voici quelques symptômes de cette maladie de Cushing : diabète, hypertension artérielle, ostéoporose, prise de poids ou perte de poids, arrêt des règles, vergetures, rougeur du visage, problèmes psychiatriques, état dépressif, etc. Consulter son médecin ne peut donc être un conseil que d'ordre très général. Le tout est pour le médecin de penser à la maladie de Cushing devant des symptômes dont les causes sont mal précisées.

Les examens consistent d'une part en des prises de sang très spécialisées, afin de mesurer l'excès de cortisol dans le sang, mais aussi les anomalies du rythme de la sécrétion (évolution des taux dans la journée), et l'absence d'auto-contrôle de cette sécrétion (mécanisme de feed-back). D'autre part, il faut retrouver la cause de cette hypersécrétion : une tumeur située au niveau de la glande hypophyse. Le scanner peut être performant, mais le meilleur examen est la Résonnance Magnétique Nucléaire.

Le traitement de la maladie de Cushing vise à détruire l'adénome de la glande hypophyse par voie chirurgicale ou par radiothérapie. Quant aux syndromes de Cushing dus aux surrénales directement, ils sont traités par médicaments anti-cortisone et éventuellement par chirurgie des surrénales.

Publié par <a href="/taxonomy/term/19135" hreflang="fr">Dr Renaud Guichard</a> le 26/08/2002 - 02h00 http://www.orpha.net
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
hfil

slt je souffre du syndrome de cushing iatrogene et je voudrais savoir comment faire pour avoir mon poid normal je prend chaque jour 10mg de cortancyl

PUB
A lire aussi
Rhumatisme: les enfants aussi Mis à jour le 05/10/2004 - 00h00

Les maladies rhumatismales ne touchent pas uniquement la personne adulte ou âgée. Certaines formes peuvent apparaître pendant l'enfance et sont regroupées alors sous la dénomination d'arthrite chronique juvénile.

Lupus : les progrès dans le traitement de cette maladie auto-immune Mis à jour le 14/07/2016 - 15h10

La prise en charge du lupus a bénéficié ces dernières années de progrès considérables. Le développement de nouveaux médicaments pourrait encore davantage révolutionner le traitement de cette maladie auto-immune. Mais tant qu’ils n’ont pas démontré le...

La BPCO, trop souvent dépistée trop tard Publié le 25/04/2017 - 15h27

La BPCO (pour bronchopneumopathie chronique obstructive) sera la troisième cause de mortalité mondiale dans les décennies à venir. Cette maladie pulmonaire a la particularité de rester silencieuse pendant de longues années. Et lorsque les symptômes a...

Les transplantés font du sport Mis à jour le 28/10/2003 - 00h00

Certains spécialistes estiment que d'ici dix ans, une opération sur deux consistera à remplacer un organe malade. Les greffes se banaliseront et les transplantés courront les rues!

Plus d'articles