La crise de goutte, une fois n'est pas coutume

Publié par Isabelle Eustache, adapté par C. De Kock, journaliste santé le 02/03/2004 - 00h00
-A +A

PUB

A savoir

La mise en place d'un traitement de fond expose à un risque de crise aiguë, principalement en raison de la dispersion des dépôts d'urate de sodium, provoquée par la réduction de l'acide urique. Il est donc recommandé de débuter le traitement à distance d'une attaque aiguë, à faible dose (surtout chez le sujet âgé ou ayant une insuffisance rénale) et en association avec de la colchicine à faible dose en guise de traitement préventif. Ce traitement préventif doit être institué en même temps que le traitement de fond, suffisamment longtemps (3 à 6 mois) et jusqu'à la disparition des tophus en cas de goutte chronique. La posologie, habituellement de 1mg/jour, permet de raréfier les effets secondaires digestifs (diarrhées, nausées et vomissements).

Quelques règles de base à respecter

  • Hydratation abondante et alcalinisée.
  • Pas d'alcool.
  • Repos articulaire.
  • Application locale de glace.

* Médicaments prédisposant : diurétique thiazidique ou de l'anse, acide nicotinique, éthambutol, pyrazinamide, ciclosporine, aspirine à faible dose, cytotoxiques.

** Aliments riches en purine : abats, anchois, hareng, sardines, bière,…

Publié par Isabelle Eustache, adapté par C. De Kock, journaliste santé le 02/03/2004 - 00h00 Terkeltaub R.A., N. Engl. J. Med., 349 : 1647-1655, 2003 ; Molad Y., Current Rheumatology Repport, 4: 252-256, 2002.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB