La crise d'asthme aiguë est une urgence

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 28/04/2013 - 23h15
-A +A

La crise d'asthme aiguë sévère est une gêne respiratoire majeure qui se différencie nettement des signes classiques de l'asthme. Elle se reconnaît à son apparition brutale et à sa gravité.

Si la personne asthmatique sent d'emblée le caractère inhabituel de la crise, encore faut-il savoir réagir de facon adéquate, et vite.

PUB

Asthme : la crise aiguë et ses caractéristiques

Lors d'une crise d'asthme aiguë, la gêne respiratoire est très importante et soudaine. Elle cède peu ou pas au traitement habituel, qui repose sur l'inhalation d'un bronchodilatateur, alors que normalement celui-ci soulage facilement une simple crise. D'ailleurs, l'inspiration du médicament est plus difficile.
La gêne respiratoire est ressentie au cours des deux phases de la respiration : à l'expiration et à l'inspiration, tandis que lors d'une crise simple la difficulté respiratoire se fait sentir uniquement à l'expiration. Autre caractéristique, le rythme de la crise aiguë : la respiration s'est accélérée, ainsi que le pouls, phénomène renforcé par l'installation d'un certain degré d'angoisse.
En revanche, le sifflement habituel des bronches du sujet asthmatique tend à disparaître, tellement les bronches sont rétrécies. La respiration devient silencieuse, comme bloquée.

Que faire en cas de crise d'asthme ?

1) Mesurer immédiatement son souffle est le premier réflexe à avoir en cas de doute pour évaluer objectivement l'obstruction des bronches. Pour cela, il est nécessaire de disposer d'un petit appareil, le débitmètre de pointe (peak flow), mesurant le débit expiratoire de pointe (DEP). Celui-ci doit être prescrit par le médecin.

Après en avoir expliqué le fonctionnement, il indique au patient asthmatique sa meilleure mesure de DEP. Ainsi en cas de crise, il est possible d'évaluer très rapidement l'importance de l'obstruction en comparant la valeur du DEP à celle de référence. Plus la diminution du DEP est élevée, plus la crise est sévère, plus il faut agir en urgence. Toutefois, il ne faut pas attendre que le DEP soit très fortement abaissé pour agir.

2) Inhaler immédiatement une dose très importante de bronchodilatateur : 4, 8, voire 10 inhalations en une fois. Utiliser de préférence une chambre d'inhalation pour faciliter l'effort respiratoire et ainsi la pénétration du médicament.

3) Prendre de la cortisone par voie orale. Ce médicament agit sur l'inflammation des bronches, mais à l'inverse du bronchodilatateur qui agit immédiatement, la cortisone a un délai d'action minimum de 4 heures.

4) Mesurer le DEP 10 à 15 minutes après la prise du bronchodilatateur. On peut ainsi évaluer très rapidement l'évolution de la crise d'asthme et l'efficacité du traitement. Si la gêne respiratoire reste très élevée, inutile d'attendre davantage, il faut appeler de l'aide : médecin ou service d'urgence. Composer le 112 depuis un téléphone fixe ou un portable.
Exploration et traitement vous seront prescrits aux urgences.

Initialement publié par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 25/11/2008 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 28/04/2013 - 23h15

Asthme et Allergies Info service, octobre 2008.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Asthme: tout savoir pour mieux vivre avec Mis à jour le 09/12/2008 - 00h00

L'asthme, maladie inflammatoire des voies respiratoires, s'accompagne d'une gêne respiratoire et de crises d'asthme fréquentes. Des traitements existent, capables de faire disparaître les symptômes. Mais pour mieux vivre cette affection au quotidien,...

Asthme d'effort : prudence ! Publié le 03/04/2014 - 16h16

Certaines personnes asthmatiques se mettent à tousser lorsqu'elles font du sport, exactement comme si elles étaient allergiques à l'effort. Ce n'est pas tout à fait cela ! L'asthme d'effort est un problème fréquent et qu'il faut prendre en compte pou...

Plus d'articles