Créativité : l’art pour se faire du bien

Mise à jour par Louise Culot, journaliste santé le 18/08/2016 - 12h09
-A +A

Pratiquer un art sans en faire son métier, c'est possible et ça fait du bien. C'est l'occasion de s'exprimer en toute liberté, de renouer avec une certaine légèreté, de solliciter sa créativité. L'art-thérapie, ou la recherche du « mieux-être ».

PUB

Créativité : développer des moyens d'expression

« L'art-thérapie s'adresse à tous et elle peut être utile à tout le monde dans la mesure où elle permet de développer des moyens d'expression libre », explique Christophe Vander, metteur en scène, art-thérapeute et fondateur de Art-T, une association d'artistes thérapeutes et pédagogues. L'art, parce qu'il stimule la créativité, est un excellent moyen de se libérer de ses peurs ou de ses frustrations, de se débloquer, mais aussi d'être plus lucide, de voir les choses plus simplement et donc, de se sentir mieux. « Le processus de création permet, très simplement, de provoquer de la joie. Il suffit de penser aux enfants, à la satisfaction qu'ils éprouvent lorsqu'ils dessinent, à la joie qu'ils partagent quand ils vous montrent leur dessin. C'est tout ce qu'il y a de plus simple ! »

L'art-thérapeute, un guide

Faut-il absolument être bon dans une discipline pour la pratiquer ? « Non, pas du tout. On peut même avoir envie de commencer par un atelier de théâtre et se rendre compte que finalement, c'est les arts plastiques qui nous stimulent ! » En art-thérapie, le rôle du thérapeute est d'accompagner, de guider la personne dans une discipline artistique afin de l'amener à passer à l'action, c'est-à-dire de développer ses propres moyens d'expression. Il n'y pas de prérequis nécessaires, chacun travaille avec ses propres aptitudes. Le thérapeute va encadrer la pratique créative de la personne, éveiller son envie de créer, de passer à l'action. « La technique est ici moins importante que dans le cadre d'une formation artistique traditionnelle, elle ne doit pas devenir une limite. Ce qui prime, l'objectif général, c'est de se sentir mieux. »

Initialement publié par Louise Culot, journaliste santé le 18/08/2016 - 12h09 et mis à jour par Louise Culot, journaliste santé le 18/08/2016 - 12h09

Christophe Vander, metteur en scène, art-thérapeute et fondateur de Art-T, une association d'artistes thérapeutes et pédagogues. http://www.art-t.be/

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Fièvre acheteuse : comment en guérir ? Publié le 05/07/2016 - 16h59

Si les symptômes de la fièvre acheteuse n'ont rien de très conventionnels (ni maux de tête ni alitement), les conséquences n'en sont pas moins alarmantes : interdits bancaires, surendettement... zoom sur les dépenses compulsifs et les moyens de s'en...

Plus d'articles