Coqueluche: vaccination indispensable pour les futurs parents

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 26/02/2013 - 11h14
-A +A

Actuellement en recrudescence, la coqueluche est une maladie dangereuse pour les bébés.

Les parents peuvent transmettre la coqueluche à leur bébé s'ils sont porteurs de la bactérie; pour mettre toutes les chances de leur côté, un rappel de vaccin leur est donc conseillé.

PUB

La coqueluche circule parmi les adultes

La coqueluche est une maladie infantile contre laquelle les enfants sont systématiquement protégés par la vaccination.

Le calendrier vaccinal prévoit 3 injections du vaccin anti-coqueluche à 2, 3 et 4 mois, puis deux rappels à 16-18 mois et entre 11 et 13 ans (cet acte vaccinal se déroule en même temps que les vaccinations contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite et l'haemophilus influenza b).

Pourtant, on assiste actuellement à une recrudescence de la coqueluche. La bactérie responsable de cette maladie ne circule pas parmi les enfants, puisque ceux-ci sont immunisés par la vaccination. En revanche, elle circule parmi les adultes car la vaccination immunise contre la coqueluche pendant une dizaine d'années.

Chez les adultes, la coqueluche est bénigne et passe le plus souvent inapercue, si ce n'est la présence d'une toux persistante et inexpliquée. Le problème est qu'ils sont contagieux et peuvent transmettre la coqueluche aux personnes non vaccinées, non complètement vaccinées ou qui n'ont pas eu de rappel. C'est précisément le cas des nourrissons, trop jeunes pour avoir débuté le programme vaccinal ou n'ayant pas encore recu les trois injections nécessaires à leur immunisation.

Or les bébés sont très vulnérables à la coqueluche, maladie pouvant mettre leur pronostic vital en jeu. Il faut savoir que la coqueluche est la première cause de décès par infection bactérienne chez les enfants de moins de 2 mois.

 

Un rappel vaccinal contre la coqueluche s'impose chez les futurs parents

Une seule solution: rappel anti-coqueluche chez les adultes susceptibles de devenir parents!!

Depuis quelques années déjà, il existe des recommandations officielles préconisant aux adultes susceptibles de devenir parents dans les mois ou les années à venir d'effectuer un rappel vaccinal contre la coqueluche.

C'est ainsi que le rappel contre la coqueluche est conseillé:

  • Aux adultes désirant un enfant, aux membres d'un foyer à l'occasion d'une grossesse (père, enfants et adolescents pendant la grossesse, mère le plus tôt possible après l'accouchement).
  • Et aux professionnels en contact avec des nourrissons ou lors d'un cas de coqueluche dans l'entourage.

On peut aussi en profiter pour rappeler que les vaccins ne sont pas uniquement destinés aux enfants….

Bon nombre de maladies doivent faire l'objet d'un rappel de vaccination à l'âge adulte. Consultez votre médecin!

Initialement publié par Dr Philippe Presles le 13/05/2008 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 26/02/2013 - 11h14

Le Quotidien du médecin, 4 avril 2008.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Coqueluche : des précautions pour les futurs parents Publié le 04/01/2016 - 15h37

Les cas de coqueluche sont en augmentation en Belgique, et ils sont associés à un risque de mortalité pour les très petits enfants. La vaccination à l’âge adulte est recommandée pour les futurs parents et parents de nouveaux-nés non encore vaccinés.

Recrudescence de coqueluche Mis à jour le 10/12/2001 - 00h00

La coqueluche fait partie du calendrier vaccinal, mais en dépit de cette mesure, on observe actuellement une recrudescence de cette maladie, particulièrement chez les très jeunes enfants. Un rappel à l'adolescence devient nécessaire. Et vous, votre e...

La coqueluche : le retour ? Mis à jour le 01/04/2002 - 00h00

Depuis 1997, la coqueluche est en augmentation dans tous les pays européens. Dans certains cas, il s'agit d'une véritable épidémie comme aux Pays-Bas, chez nous la hausse est plus faible mais assez significative pour que les spécialistes en viennent...

Plus d'articles