Contre le stress, autre chose que des médicaments

Article créé le 20/02/2012 - 21h58 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 20/02/2012 - 21h58
-A +A

Somnifères, calmants, anxiolytiques: soigner le stress à coup de médicaments est une habitude très répandue chez nous. Elle présente des inconvénients sérieux… Et si on se penchait plutôt sur les alternatives?

PUB

Trop de somnifères, anxiolytiques et calmants

Selon les derniers chiffres, qui datent de 2008, 15% des Belges de plus de 15 ans ont consommé des psychotropes dans les deux dernières semaines. Ce terme désigne une classe de produits qui agissent sur le système nerveux.

On y trouve notamment les somnifères, les anxiolytiques et les calmants. Tous ces médicaments agissent sur des problématiques souvent liées au stress: troubles du sommeil, angoisses, déprime ou dépression.

Pour le ministère de la santé, cet usage est excessif. Il coûte cher, et ne concorde pas avec les meilleures pratiques médicales qui voudraient que ces médicaments ne soient prescrits qu'avec précautions. Ils ne devraient normalement être pris que pour des durées réduites, quelques semaines au maximum. En effet ils peuvent entraîner des problèmes d'accoutumance ou de dépendance.

Il est possible de lutter contre le stress sans psychotropes

Les premiers concernés sont sans doute les médecins, puisque tous les psychotropes sont délivrés sur ordonnance. Mais la plupart du temps, un docteur répond à la demande de ses patients… Nous pouvons donc nous aussi chercher des alternatives aux psychotropes.

Au premier rang d'entre elles se trouve une bonne hygiène de vie. Ce n'est en effet plus un secret pour personne qu'une pratique sportive régulière est d'une efficacité redoutable contre le stress, les coups de blues et les troubles du sommeil. De même, le fait de s'alimenter de façon équilibrée et de maintenir des horaires réguliers est parfois d'une grande aide.

Enfin, soulignons le rôle important des médecines alternatives dans le domaine de la lutte contre le stress. Ces solutions n'ont pas prouvé leur efficacité scientifiquement? Cela n'empêche pas des milliers de Belges de les utiliser très régulièrement, et de s'en trouver bien. Privilégiez les approches qui n'ont pas d'effets secondaires, comme l'homéopathie, et dont les prix restent raisonnables.

Bien que trop souvent et mal utilisés, les psychotropes peuvent être nécessaires dans certaines situations. Informer votre médecin des efforts que vous faites pour vous sortir du stress, de l'angoisse ou des troubles du sommeil lui permettra de repérer les moments, s'il y en a, où vous avez vraiment besoin de médicaments.

Billet initialement publié le 20/02/2012 - 21h58 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 20/02/2012 - 21h58
Ce billet fait partie du blog : Le blog de la Rédaction
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Les antidépresseurs cassent les os Mis à jour le 05/08/2003 - 00h00

Au-delà de 65 ans, les femmes qui prennent des psychotropes auraient un risque de fracture plus élevé de 40%. Dans le cas précis d'un antidépresseur, ce risque est de 25% et concerne particulièrement la fracture de la hanche.

Les résolutions des Belges pour 2008 Mis à jour le 22/01/2008 - 00h00

Elles ont souvent une durée de vie assez courte, mais toujours le mérite d'exister. Et cette année, selon un sondage, les bonnes résolutions des belges sont fort orientées vers le domaine de la santé. Alimentation et sport en tête.

Plus d'articles