Un contraceptif sans les effets secondaires de la pilule?

Publié par Claudine De Kock, journaliste santé le 13/11/2007 - 00h00
-A +A

Plutôt que d'agir sur le cycle hormonal féminin, ce nouveau contraceptif cible un gène qui contrôle la fertilité. Ce fonctionnement novateur va-t-il détrôner la "bonne vieille" pilule, qui existe depuis près de 60 ans? Une équipe de chercheurs de Boston s'y attelle!

PUB

Pas d'hormones

Comme il ne contiendra pas d'hormones (dont la tâche consiste à bloquer l'ovulation), contrairement à la pilule, la prise de ce contraceptif d'un nouveau genre ne devrait pas s'accompagner d'effets secondaires (sautes d'humeur, nausées et risque accru de thrombose et d'hypertension). Il pourrait être commercialisé sous forme de patch porté quelques jours par mois seulement pendant la période d'ovulation. Ce nouveau contraceptif fonctionne en bloquant un gène. Appelé ZP3, ce gène met en oeuvre la production d'une protéine de l'enveloppe extérieure de l'ovocyte, qui permet la fusion entre l'ovule et le spermatozoïde. Sans cette fusion, pas de fécondation… La technique utilisée est celle de l'interférence ARN ou silencage des gènes.

Une nouvelle avancée?

Il n'existe pour l'instant que trois types de contraceptifs réversibles: les hormones, les dispositifs intra-utérins (DIU, les stérilets) et les barrières matérielles (comme les préservatifs). Si la technique se concrétise, elle nous offrira un choix plus large: celui d'une contraception réversible non hormonale, et qui se veut moins agressive. L'effet de cette nouvelle contraception est en effet ciblé sur quelques cellules à peine, alors que les oestrogènes consommés par voie orale influencera de nombreux organes du corps… Les femmes qui apprécient l'effet régulateur de la pilule sur leur cycle hormonal continueront certainement à l'utiliser; mais pour celles pour qui la pilule est synonyme de baisse de libido, de prise de poids, de sautes d'humeur ou de nausées, ou à qui la pilule est interdite pour raisons de santé (problèmes hépatiques, tabagisme, risque de thrombose), l'avancée annoncée par ces scientifiques sera un vrai plus.
La pilule orale contraceptive a près de 60 ans et depuis il n'y a plus eu de réelles avancées dans ce domaine!

Publié par Claudine De Kock, journaliste santé le 13/11/2007 - 00h00 "New non-hormonal contraceptive avoids side effects of the pill", Jeremy Laurance, The Independent, 17 octobre 2007.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Pilule : la méthode "quick start" Mis à jour le 12/12/2006 - 00h00

La pilule est la méthode contraceptive la plus utilisée et la plus sûre. La seule ombre au tableau est l'omission d'une prise de pilule durant le cycle ou l'oubli de démarrer une nouvelle plaquette après les 7 jours d'arrêt. Un nouveau concept consis...

Dépression : et si c'était la pilule ? Publié le 22/09/2014 - 14h11

La pilule contraceptive peut avoir une incidence sur l'humeur. Elle peut en particulier entraîner des dépressions. C'est un fait connu depuis les années 60 qui a été confirmé depuis.

Il y a plus qu'une sorte de pilule Mis à jour le 17/06/2008 - 00h00

La pilule contraceptive classique est composée de deux hormones: estrogène et progestérone. Mais chez certaines femmes, elle est contre-indiquée. On peut alors se tourner vers une pilule contenant uniquement de la progestérone. Explications.

Plus d'articles