Connaître ou non le sexe du bébé à naître

Mise à jour par Isabelle Eustache le 22/05/2015 - 15h38
-A +A

Même si la majorité des parents (70%) souhaitent connaître le sexe de leur bébé avant sa naissance, ce n'est pas une obligation, mais une décision personnelle.

PUB

Quand peut-on connaître le sexe du futur bébé ?

Le sexe du futur bébé peut être déterminé au cours de la seconde échographie (vers la 22e semaine d'aménorrhée). L'incertitude provient le plus souvent de la position du bébé, favorable ou non à la vision des organes génitaux à ce moment précis. Lors de cet examen, dénommé échographie morphologique, est analysée en détails chaque partie du fœtus en insistant tout particulièrement sur le cœur, l'appareil urinaire, le cerveau, les membres (dont les doigts sont comptés), la colonne vertébrale, la face et éventuellement le sexe quand le bébé le veut bien. En effet, la recherche du sexe n'est pas systématique puisqu'elle n'est pas utile à la prise en charge médicale de la grossesse. Il est donc nécessaire de préciser votre souhait dès le début de l'examen, et cela, même si vous ne voulez pas savoir, afin d'éviter les gaffes…...

Au début de l'utilisation de l'échographie, les médecins n'hésitaient pas à dévoiler le sexe du bébé, même sans qu'on le leur demande. Aujourd'hui, devant le trouble de beaucoup de mamans, ils prennent beaucoup plus de précautions. En effet, la connaissance du sexe du futur enfant peut avoir de grandes répercussions.

Connaître le sexe de bébé à l'avance, une limite à l'imaginaire ?

Si pour certains couples, connaître le sexe de leur futur bébé les aide à mieux se préparer à la naissance et à son accueil, d'autres peuvent mal le vivre. En effet, cette information tend à limiter l'imaginaire. Les fantasmes que la mère et le père construisent à partir de leur propre histoire s'en trouvent appauvris. Par ailleurs, la connaissance du sexe de l'enfant modifie les relations dans le couple. Elles deviennent précocement triangulaires. On donne déjà un nom au bébé et une identité à part entière. Il y a aussi le risque de déception, lorsqu'on souhaite par exemple avoir une fille ou qu'on est sûre de porter un garçon. Toutefois, pratiquement toutes les mères surmontent cette déception si elles n'accouchent pas du bébé désiré.

N'oublions pas non plus que connaître le sexe est aussi en relation avec les problèmes de maladies héréditaires liées au sexe. Il est donc important d'analyser ses motivations, ses craintes ou ses superstitions.

Initialement publié par Isabelle Eustache le 05/11/2004 - 01h00 et mis à jour par Isabelle Eustache le 22/05/2015 - 15h38
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Fille ou garçon? Vite, un test! Mis à jour le 11/05/2009 - 00h00

Curiosité? Désir de mieux préparer sa venue? De nombreux parents attendent avec impatience de savoir quel sera le sexe de bébé. Dans cette course au "toujours plus tôt", n'allons-nous pas "toujours trop loin"?

Savez-vous lire les bébés? Mis à jour le 16/02/2009 - 00h00

Tous les parents savent que les bébés communiquent beaucoup, contrairement à ce que l'on pourrait imaginer quand on a l'habitude des conversations pour seul mode d'échange. Mais il n'est pas toujours aisé de comprendre comment un bébé communique, par...

Le choix du sexe : dangereuses dérives Mis à jour le 17/09/2002 - 00h00

Sans être alarmiste, la possibilité de pouvoir choisir le sexe de son enfant risque de conduire à une instrumentalisation de l'enfant. Cette " première " a été réalisée dans notre pays…

Plus d'articles