Conisation: risque d'accouchement prématuré

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 02/04/2013 - 17h11
-A +A

La conisation consiste à ôter une partie des tissus du col utérin dans le cadre d'un traitement curatif de lésions pré-cancéreuses.

Cette technique chirurgicale est efficace, mais semble majorer le risque ultérieur d'accouchement prématuré.

PUB

La conisation du col de l'utérus et le risque d'accouchement prématuré

La conisation tient son nom du fait que la partie du col de l'utérus prélevée a une forme conique.

Cette technique chirurgicale est réalisée pour faire une biopsie ou lorsque le col de l'utérus présente des cellules atypiques assez étendues et évoquant des lésions précancéreuses.

L'ablation des lésions susceptibles de dégénérer permet de prévenir un cancer du col.

Quelles sont les conséquences d'une conisation?

La conisation ne présente pas d'effet secondaire immédiat.

Toutefois, à plus long terme et en cas de grossesse, elle est accusée d'augmenter le risque d'accouchement prématuré.

Dans une étude, un total de 571 femmes ayant subi une conisation et devenues enceintes par la suite ont été recrutées. En comparaison d'une population de femmes témoins, les auteurs constatent que la conisation entraîne un risque trois fois et demi plus élevé d'accouchement prématuré.

Le taux d'enfants de faible poids de naissance est également augmenté. En pratique, toute jeune femme désirant mener une grossesse doit être informée.

Initialement publié par Dr Philippe Presles, adapté par C. De Kock, journaliste santé le 11/10/2005 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 02/04/2013 - 17h11

Obstetrics & Gynecology, 105 : 325-332, 2005.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Papillomavirus : vaccins, dépistage, quoi de neuf ? Publié le 05/08/2016 - 10h20

Le vaccin contre le papillomavirus humain (HPV) , virus qui est à l’origine de 70% des cancers du col de l’utérus, est disponible en Belgique depuis 2007. Nous avons demandé au Pr Philippe Simon, gynécologue, Chef de Clinique de la clinique de gynéco...

Plus d'articles