Confiseries

Mise à jour le 14/06/2013 - 15h28
-A +A

Le marché de cette innombrable famille des confiseries, produits sucrés souvent gras de surcroît, ne cesse d'augmenter. Pour le plus grand bien de l'industrie mais pas pour celui de l'équilibre alimentaire.

PUB

Confiserie, un plaisir antique

Le terme de confiserie s'applique aussi bien aux produits (à base de sucre), aux magasins qui les vendent qu'à l'ensemble des techniques artisanales ou industrielles du travail du sucre. L'attirance vers les confiseries n'est pas nouvelle. Les Romains distribuaient des dragées à leurs convives. On raffolait des pâtes de fruits au 9ème siècle. Au Moyen Age, on mariait les épices et le sucre pour des "épices de chambre" enfermées dans des drageoirs. Dès lors, les confiseries n'ont cessé de se développer, surtout après l'arrivée du sucre de betterave. Au 19ème siècle, on appelait les confiseurs des "marchands de plaisir", nom bienvenu. Leur patron est toujours Saint-Nicolas (fête le 6 décembre). La Trève des Confiseurs, instaurée par Saint-Louis en 1245, imposait l'arrêt des guerres et des querelles de l'Avent à Noël. Maintenant, c'est pendant cette période que se font environ la moitié de la production des confiseries.

Confiseries : une impressionnante diversité

La France compte maintenant plus de 600 spécialités artisanales de confiseries dont la plupart sont issues d'une tradition séculaire. Ces confiseries sont classées en plusieurs familles de produits :

  • Bonbons de sucre cuit : bonbons acidulés, berlingots, rocks, sucres d'orge, sucettes, sucres de pomme, bêtises de Cambrai.
  • Caramels et toffees. Pâtes à mâcher : chewing-gums.
  • Gommes et réglisses : boules de gomme réglisses durs, souples.
  • Fondants : bonbons fondants et fourrés, fondants à l'eau, papillotes.
  • Confiseries gélifiées dont les guimauves et les marshmallows.
  • Dragées et bonbons dragéifiés : aux amandes, argentées, au chocolat, tendres.
  • Pralines. Nougats. Pastilles et comprimés.
  • Pâtes de fruit et pâtes d'amande (calissons).
  • Fruits confits.
  • A cela s'ajoutent les produits en et au chocolat, qui sont une branche particulière de la confiserie (la plupart des confiseurs sont en fait des chocolatiers confiseurs) et toute la production industrielle des bouchées et des barres chocolatées ou non.

Initialement publié le 29/06/2001 - 02h00 et mis à jour le 14/06/2013 - 15h28
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Bonbon impulsion et bonbon raison Mis à jour le 28/08/2006 - 00h00

Les bonbons c'est bon. Enfin, cela dépend pour qui... Une enquête BVA parue en France nous apprend que nous en consommons 3,3 kg par habitant et par an et les adultes ne sont pas en reste. Quelle est cette impulsion pour les bonbons ?

Plus d'articles