Conduire après un infarctus ou avec une maladie du coeur : est-ce autorisé pour moi ?

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 07/09/2016 - 11h42
-A +A

Un infarctus, s'il est pris en charge dans de bonnes conditions (ce qui est le plus souvent le cas), n'entraîne pratiquement aucune séquelle. De même, la plupart des troubles cardiaques peuvent être contrôlés et permettent de continuer sa vie comme avant. Pourtant, il peut arriver que la conduite soit interdite quand on est malade du coeur. Voici quelques explications.

PUB

Pourquoi ne peut-on pas toujours conduire après un infarctus ?

La première raison pour laquelle il peut être déconseillé de conduire quand son coeur est malade, c'est sa propre santé. En effet, la conduite est un effort physique, pas très intense mais néanmoins réel. Pour certaines personnes, cet effort est déjà excessif. Mais dans ce cas, la personne ressentira d'elle-même l'impossibilité, ou en tout cas n'aura aucune envie de conduire. En revanche, il existe des situations où la personne affectée se sent bien et peut reprendre une vie à peu près normale, sans toutefois avoir le droit de conduire. C'est alors une question de risque pour les autres autant que pour soi: en effet certaines affections cardiaques peuvent entraîner des pertes de conscience, et prendre le volant suppose alors de prendre le risque de s'évanouir, de perdre le contrôle de son véhicule et de causer un accident.

Quels sont les troubles cardiaques qui peuvent empêcher de conduire ?

  • Troubles du rythme cardiaque ou de la conduction atrio-ventriculaire graves, non corrigés et non contrôlés.
  • Angine de poitrine.
  • Infarctus.
  • Pose d'un défibrillateur implantable il y a moins de 6 mois.
  • Pose d'un stimulateur cardiaque (pacemaker) il y a moins d'un mois.

 

Initialement publié par Marion Garteiser, journaliste santé le 08/03/2010 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 07/09/2016 - 11h42

Code de la route. Dr Castro, cardiologue au CHU Brugmann à Bruxelles

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Plus d'articles