Chronique d'un coeur dopé

Publié par Gilles Goetghebuer, journaliste santé le 07/03/2006 - 00h00
-A +A

Le cŒur est un muscle strié très semblable aux autres muscles de l'organisme. Il est donc sensible aux engrais musculaires utilisés dans le dopage.

PUB

Tous les produits dopants ont des répercussions désastreuses sur la santé dans la mesure où ils reculent les aptitudes naturelles du corps à encaisser les contraintes. Mais certaines substances font courir des risques spécifiques au système cardiovasculaire. C'est le cas des stéroïdes anabolisants qui entraînent un développement anarchique du muscle du cŒur (myocarde). Curieusement, il semble que ce soit aussi le cas des corticoïdes alors que ces médicaments dérivés de la cortisone exercent plutôt un effet catabolisant sur le reste de la musculature. Quoi qu'il en soit, la consommation de ces drogues risque de produire un déséquilibre entre le développement du muscle et son système d'irrigation. Celui-ci est normalement assuré par les nombreuses ramifications issues des deux grosses artères nourricières appelées coronaires. Grâce à un quadrillage parfait de la paroi, le cŒur est en mesure d'assumer son énorme travail de pompage tout au long de la vie. Dans le cas d'une prise de stéroïdes, on redoute néanmoins que le débit plafonne sans remplir les besoins d'un muscle surdimensionné.

Les coronaires débordées

Ce risque s'intensifie à mesure que l'on vieillit car les coronaires s'encombrent facilement de déchets divers. Or, si le sang rencontre un obstacle, il se passe exactement la même chose que lors de la vidange d'un lavabo. L'eau se met à tournoyer et ces turbulences suffisent parfois à provoquer une agrégation des plaquettes et la formation d'un caillot, comparable aux croûtes qui se forment sur la peau en cas d'éraflure. Il arrive même que l'artère se bouche complètement. Le sang ne passant plus du tout, le territoire cardiaque en aval du bouchon cesse d'être irrigué et commence à se nécroser. Si la zone atteinte est trop large ou si elle est située dans une région primordiale, la vie est en jeu. Voilà pourquoi on dit que ces coronaires sont le véritable "talon d'Achille" du cŒur: elles sont à l'origine de 80% des décès. De nombreux consommateurs de produits dopants ont payé de leur vie cette forme d'insouciance, notamment parmi les culturistes. Dans cette discipline, les morts précoces sont malheureusement nombreuses: Mohammed Benaziza, Sonny Schmidt, Scott Klein, Ron Teufel, les frères Mentzer (Mike et Ray), Andreas Munzer, Paul Grant et, bien sûr, Dan Duchaîne, celui qu'on surnommait le "gourou des protéines", décédé à 48 ans seulement.

Publié par Gilles Goetghebuer, journaliste santé le 07/03/2006 - 00h00
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Les transplantés font du sport Mis à jour le 28/10/2003 - 00h00

Certains spécialistes estiment que d'ici dix ans, une opération sur deux consistera à remplacer un organe malade. Les greffes se banaliseront et les transplantés courront les rues!

Plus d'articles