Choisir le sexe de l'enfant, c'est possible

Article créé le 03/06/2013 - 14h34 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 03/06/2013 - 14h34
-A +A

L’hôpital universitaire de Bâle permet aujourd’hui de choisir avant fécondation le sexe de son enfant. Un choix utile pour certains...

PUB

Garçon ou fille, comme vous voulez...

Il est techniquement possible de choisir le sexe de son futur enfant, avec des chances de succès de 80%. En effet, les spermatozoïdes qui, unis à un ovule, font se transformer en embryons féminins contiennent un peu plus de matériel génétique que ceux qui vont former des petits garçons. Il est aujourd’hui possible de trier les spermatozoïdes selon ce critère, et donc de déterminer le sexe de l’enfant à naître. Et ce, sans qu’il soit nécessaire de travailler sur les embryons (donc d’en éliminer certains, ce qui est éthiquement discutable).

Choisir le sexe de son enfant oui mais sous conditions
Jusqu’à maintenant, cette technique n’était appliquée qu’aux Etats-Unis. Mais depuis peu, l’hôpital universitaire de Bâle a investi et propose le même service à ses patients. Pas question, cependant, de faire le choix pour des raisons de préférence personnelle. La procédure est réservée aux parents porteurs de maladies génétiques qui ne touchent qu’un seul sexe. La mucoviscidose, par exemple, ne touche que les garçons. Si des parents porteurs du gène ne font que des filles, ils peuvent être certains que leurs enfants ne souffriront pas de la maladie. Concrètement, ce n’est pas un enfant de tel ou tel sexe que les parents choisissent, mais bien un enfant libre d’une maladie.

Choisir le sexe de ses enfants ? Une révolution...

Cela fait maintenant plus de cinquante ans que les naissances ne sont plus, au moins dans nos pays, des événements imprévisibles et sur lesquels les parents n’ont qu’un contrôle très limité. Dans une énorme majorité des cas, les enfants qui sont conçus aujourd’hui sont voulus, voire programmés. Ils sont même parfois "fabriqués" en laboratoire (plus de 3000 enfants naissent d’une PMA chaque année en Belgique).

Et avec les progrès techniques en termes de dépistage anténatal des maladies ou anomalies génétiques, les enfants sont aussi "choisis" après leur conception, puisque les parents peuvent se séparer d’un embryon si celui-ci est porteur d’une maladie ou d’un handicap trop lourds. Mais choisir le sexe, c’est encore autre chose : il ne s’agit pas de se séparer d’un embryon malade, mais de s’assurer que celui à venir ne le sera pas...

Alors savoir que cette démarche est possible, et pas loin de chez nous, cela prête à réfléchir. Et vous, qu’en pensez-vous ?

Billet initialement publié le 03/06/2013 - 14h34 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 03/06/2013 - 14h34
Ce billet fait partie du blog : Le blog de la Rédaction
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
Dame Tartine

La mucoviscidose atteint aussi bien les femmes que les hommes !

PUB
A lire aussi
Le choix du sexe : dangereuses dérives Mis à jour le 17/09/2002 - 00h00

Sans être alarmiste, la possibilité de pouvoir choisir le sexe de son enfant risque de conduire à une instrumentalisation de l'enfant. Cette " première " a été réalisée dans notre pays…

Comment parler de la sexualité avec son adolescent ? Mis à jour le 09/07/2002 - 00h00

Parler de sexe avec son enfant reste tabou dans la plupart des familles : peur de ne pas trouver les mots, le moment ou le courage… tout est prétexte à repousser cette confrontation. Mais votre enfant a besoin de réponses. Même si le rôle des parents...

Plus d'articles