Chapon

Mise à jour par Paule Neyrat, Diététicienne le 05/12/2013 - 10h28
-A +A

Encore rare il y a quelques années, le chapon s'est installé comme un sérieux concurrent de la traditionnelle dinde de Noël. Le chapon est à sa naissance un coq. Jusqu'à l'âge de 6 à 10 semaines, il gambade en liberté dans de larges parcours, ce qui lui permet de développer leurs muscles d'autant plus qu'il est fort bien nourri de céréales. Ensuite il est castré et engraissé de facon particulière.

PUB

Chaponnage

Les testicules du coq sont arrachés à la main.
Cette opération fut inventée par les Romains en 162 avant Jésus-Christ, quand une loi interdit la consommation de poules grasses afin d'économiser le grain. Les éleveurs contournèrent alors cette prescription en castrant de jeunes coqs qui, subissant le sort des eunuques, devinrent ainsi deux fois plus gros.

Depuis le chapon n'a cessé d'être un mets de choix.
Au Moyen-Age, il était réservé à la noblesse et à la cour, serfs et manants élevaient des chapons pour les offrir à leurs maîtres en signe d'allégeance. Rabelais a largement célébré cette volaille d'exception. 1789 faillit avoir la peau de ce privilège mais des métayers continuèrent quand même à élever des chapons si bien que cette tradition barbare qui révolte les amis des animaux n'a jamais disparu.

Élevage des chapons

Quelques semaines avant leur abattage, on enferme les chapons dans des cages spéciales, les épinettes, qui sont placées dans l'obscurité.

Les chapons sont nourris de céréales et de lait écrémé, ce qui rend leur chair particulièrement fondante et savoureuse.
Sédentarité et obscurité font que la graisse des chapons se développe et reste bien blanche, de même que leur chair.

Le coût de production du chapon le fit plus ou moins tomber dans l'oubli : il y a encore une vingtaine d'années, c'était un produit très rare. Il est réapparu, relancé par les volailles de Bresse. Devant son succès, les producteurs des Landes puis d'autres ont emboîté le pas.

Initialement publié par Paule Neyrat, Diététicienne le 26/02/2009 - 01h00 et mis à jour par Paule Neyrat, Diététicienne le 05/12/2013 - 10h28
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Quelle volaille pour les Fêtes ? Publié le 11/12/2014 - 11h57

Dinde ? Chapon ? Oie ? Poularde ? Une belle volaille , bien dodue, est le plat traditionnel pour les repas de Fêtes de fin d’année. Mais tout dépend du nombre des convives, puisqu’il faut compter 350 à 400 g par personne (os compris). Comment et quel...

Faut-il devenir végétarien? Publié le 18/10/2012 - 14h54

L'élevage des animaux pollue la planète et consomme beaucoup trop d'eau, les poissons disparaissent des mers, la viande est nocive pour la santé, accusée de favoriser certains cancers et autres maladies. Faut-il devenir végétarien pour sauver la plan...

Dans votre assiette : l'ananas Mis à jour le 11/02/2003 - 00h00

Il n'a jamais fait maigrir personne. Mais c'est un fruit précieux, surtout en hiver, car il est riche en vitamine C. Il l'est aussi en fibres, ce qui n'est pas plus mal pour le confort intestinal. De plus, il se consomme aussi bien dans la gamme du s...

Plus d'articles