Cannabis et schizophrénie : le lien se confirme...

Mise à jour par Dr Philippe Presles le 11/03/2014 - 09h39
-A +A

Le lien entre cannabis et schizophrénie se confirme encore une fois.
La consommation de cannabis augmente fortement les risques de devenir schizophrène.

Que s'abstiennent les personnes fragiles ou à risque en raison d'antécédents familiaux par exemple !

PUB

Le cannabis n'est pas une drogue douce

Il ne s'agit pas de la première étude mentionnant un risque accru de schizophrénie chez les consommateurs de cannabis.

Mais avec un recul plus important, ce risque se révèle plus élevé qu'on avait pu le croire. De plus, sachant que le cannabis est plus toxique que le tabac, de par l'inhalation plus intense du fumeur de joint et de la plus forte concentration de substances toxiques, cette drogue soit disant "douce" est beaucoup moins inoffensive qu'il n'y paraît.

Le cannabis étant aujourd'hui la drogue illicite la plus consommée chez les jeunes, la prévention ne doit surtout pas se relâcher. Et celle-ci passe par l'ouverture du dialogue notamment entre parents et enfants, et le plus tôt possible, avant que les jeunes ados n'y soient confrontés.

Le cannabis facilite la bascule vers la schizophrénie

On ne peut toujours pas affirmer que le cannabis provoque la schizophrénie. En revanche, il précipite les sujets fragiles vers cette maladie mentale.

Au cours d’une analyse dont les résultats ont été publiés dans le célèbre « Lancet » en 2007, plus d'une trentaine d'études ont été passées en revue. Le risque de développer des troubles schizophréniques était augmenté de 40% chez les jeunes fumeurs de joints par rapport à ceux qui n'en avaient jamais fumé.

Mais ce risque s'élève proportionnellement avec l'intensité de la consommation. Ainsi, les fumeurs réguliers (plus de 100 joints par an, soit environ plus de 2 par semaine) augmentent de 50 à 200% leur risque de souffrir de troubles mentaux (symptômes psychotiques, hallucinations, anomalies de la pensée).

D’autres études encore ont confirmé ce lien depuis. Citons notamment la publication dans Psychiatrie Research en janvier 2014 d’une étude épidémiologique montrant que la consommation de cannabis chez les jeunes a été associée à une apparition plus précoce des premiers signes de schizophrénie.

Le cannabis est également associé à des troubles de la mémoire, de l'attention, de la motivation à l'origine d'échecs scolaires et d'isolement. Et enfin, le tétrahydrocannabinol (THC) est un principe actif qui peut générer des angoisses intenses.

 

Initialement publié par Dr Philippe Presles le 04/09/2007 - 00h00 et mis à jour par Dr Philippe Presles le 11/03/2014 - 09h39

Zimmat, The Lancet, 27 juillet 2007. Donoghue K. et al., Cannabis utilisation, le sexe et l'âge d'apparition de la schizophrénie : Les données de l'étude Ésop, Psychiatry Res., 4 janvier 2014. MIE: S0165-1781 (13) 00832-9. doi: 10.1016/j.psychres.2013.12.038. Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes), Baromètre santé jeunes 2010 http://www.inpes.sante.fr/Barometres/barometre-sante-2010/pdf/baro-jeunes.pdf. Smith M, et al., Cannabis-related working memory deficits and associated subcortical morphological differences in healthy individuals and schizophrenia subjects, Schizophrénia bulletin, publication en ligne du 15 décembre 2014.
http://www.eurotox.org/actualites/qun-jeune-sur-trois-fume-des-joints-en-belgiqueq-ah-bon.html

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
jessie

mon fils a commencé à fumer "des joints" à l'age de 12 ans...a cette époque c'était un garcon adorable ,aimant,respectueux. à l'age de 17ans il a rencontrer une jeune femme avec qui il s'est mis en ménage contre mon avis,je le trouvais trop jeune,trop immature.....mzis je ne me suis pas opposée à lui!!!c'est à partir de là que son comportement a changé du tout au tout. violences verbales envers sa compagne,crises de nerfs suivi de pleurs, tentatives de suicide à répétitions.......au mois d'aout il aura 31ans,il est devenu ingérable,je l'ai toujours aidé financièrement!! dernièrement je l'ai hébergé aisi que sa femme et ses 2 enfants pendant 10 mois mon fils me vouait une véritable adoration!!!!très peu de temps après leurs départ j'ai appris que j'étais atteinte d'un cancer !! je subit une première intervention chirurgicale......après etre rentrée à mon domicile, pour la 1ère fois nous avons eu un différent important et là il a complètement dérapé,il m'a menacé de mort,tenté d'entrer chez moi par la force , a entrainés ses 2 soeurs dans ses délire!!!menaces,intimidations en tous genres.... j'ai dû subir une 2ème opération, j'y suis allée seule sans aucun soutien familial....ils m'empèchent de voir mes petits enfants, aux "joints se sont greffées des drogues dures et l'alcool!! des mois ont passés etils m'insultes encore par sms. des insultes ignobles à caractère sexuel .il s'est livré à une guerre sans merci envers moi comme il en a menés envers des étranger!!!!SUIS-JE AUTORISEE à le faire soigner contre son gré........j'ai pleuré toutes les larmes de mon corp pour ce peit garcon si gentil devenu grand et révolté contre le monde entier!!!!

PUB
A lire aussi
Quelles solutions si votre enfant fume du cannabis ? Mis à jour le 10/01/2002 - 00h00

Pourquoi les adolescents fument-ils de plus en plus souvent du cannabis ? Quels sont les risques liés à cette consommation et comment réagir en tant que parents ? Réponses de Pascal Hachet, psychologue clinicien, praticien au Point Ecoute de Creil et...

Le sevrage au cannabis : une épreuve sous-estimée Publié le 12/10/2015 - 15h35

Tout le monde connaît les grandes difficultés que le fumeur de tabac rencontre pour arrêter de fumer. Les symptômes du sevrage au cannabis sont moins connus et pourtant ils sont également importants. A connaître avant de se lancer dans une consommati...

Cannabis : drogue et médicament ? Publié le 01/07/2013 - 10h36

Le cannabis, dont l’usage « récréatif » fait débat, a aussi des effets thérapeutiques dont certains sont aujourd’hui bien documentés, notamment contre la douleur, les nausées et les vomissements, les spasmes et la perte de l’appétit.

Plus d'articles