Le cannabis : des applications thérapeutiques !

Publié par Adaptation Pierre Dewaele, journaliste médical et scientifique le 03/02/2002 - 00h00
-A +A

Le cannabis, drogue issue du chanvre, vient d'être autorisé pour soulager les douleurs de malades en fin de vie : une première étape vers des applications thérapeutiques qui pourraient bien se multiplier.

PUB

Le ministre délégué à la santé, Bernard Koucher, vient d'autoriser l'utilisation du cannabis dans le cadre d'une utilisation strictement thérapeutique. Il s'agit de soulager les douleurs de patients atteints de maladies incurables, comme la sclérose en plaque, le sida ou certains cancers. Les analgésiques classiques ne sont pas toujours efficaces dans ces cas là et le cannabis s'est avéré être une alternative possible.

Un cadre d'utilisation très précis

Pour éviter toute utilisation abusive, un protocole très strict devra être respecté : le médecin prescripteur devra faire une demande d'autorisation temporaire et nominative auprès de l'AFSSaPS (Agence Francaise de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé) pour pouvoir obtenir des comprimés de Marinol®. Le principe actif de ce médicament, le tétrahydrocannabinol ou THC, est le même que celui contenu dans le cannabis.

" Tout le Monde " s'y met

L'Amérique et une partie de l'Europe ont déjà opté pour une utilisation thérapeutique du cannabis :

  • Aux Etats-Unis, le Marinol® a été introduit sur le marché en 1987 pour le traitement des nausées et des vomissements liés à la chimiothérapie du cancer. En 1992, il a été autorisé pour stimuler l'appétit et augmenter la prise de poids chez les malades atteints du sida.
  • Au Canada, ce sont des " cafés thérapeutiques " qui délivrent du cannabis sous forme de tisane ou de cigarettes à des malades en fin de vie.
  • Les Anglais, eux, étudient la possibilité d'un spray à base de cannabis.
  • En Suisse, une étude est en cours et teste l'utilisation du cannabis chez des patients atteints de sclérose en plaque. L'efficacité des extraits de cannabis pour la relaxation musculaire et contre la douleur de ces malades, a d'ores et déjà été mise en évidence.
  • En Belgique le médicament n'est pas enregistré et ne peut donc être vendu.
Partout des précautions ont été prises pour éviter les dérapages. Toutefois, on trouve assez facilement sur le Web des sites vendant ce type de produit contenant le principe actif sans prescription. L'objectif n'est plus alors thérapeutique mais récréatif
Publié par Adaptation Pierre Dewaele, journaliste médical et scientifique le 03/02/2002 - 00h00 Association Internationale pour le Cannabis Médical (IACM)
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Peut-on s’empoisonner avec du cannabis ? Publié le 24/11/2016 - 14h08

5% de la population consomme régulièrement du cannabis . Si le but recherché est “récréatif”, des effets indésirables peuvent également survenir. Plus graves, les cas d’ intoxication accidentelle tendent à se multiplier tant chez les enfants… que che...

Le cannabis, bien plus cancérigène que le tabac Mis à jour le 03/12/2002 - 00h00

La fumée de cannabis est plus cancérogène que celle du tabac. Ainsi, fumer trois joints est aussi dangereux pour les poumons que fumer 20 cigarettes. Ceux qui considèrent le cannabis moins dangereux pour leur santé peuvent réviser leur position !

Cannabis : drogue et médicament ? Publié le 01/07/2013 - 10h36

Le cannabis, dont l’usage « récréatif » fait débat, a aussi des effets thérapeutiques dont certains sont aujourd’hui bien documentés, notamment contre la douleur, les nausées et les vomissements, les spasmes et la perte de l’appétit.

Plus d'articles