Cancer du sein : l’effet Angelina Jolie

Article créé le 14/04/2014 - 15h04 et mis à jour par Dr Philippe Violon le 12/04/2014 - 01h04
-A +A

Depuis l’annonce par la célèbre actrice d’une double ablation du sein à visée préventive, le nombre de consultations dans les centres spécialisés semble avoir brutalement explosé.

A tort ou à raison ?

PUB

La médiatisation des problèmes de santé de nos vedettes du petit et grand écran est une arme à double tranchant. Il est certain que l’annonce d’un cancer, d’une maladie neurologique chronique, d’un diabète par une personne connue de tous permet de se sentir moins seul, voire d’encourager certains patients à calquer leur comportement sur celui de leur acteur favori. Et peut-être de mieux apprendre à gérer sa maladie.

Cette médiatisation permet aussi de mettre à la lumière des maladies peu connues qui ont besoin de cette reconnaissance pour attirer des fonds. Mais toute mise en lumière trop brutale a aussi le revers de sa pièce : la création d’un sentiment de panique parfois injustifié ou la diffusion de messages qui, à défaut d’être suffisamment expliqués, créent l’amalgame.

Le cas Angelina Jolie

Angelina Jolie, égérie féminine du cinéma, a donc décidé d’exposer au grand public sa décision de se faire retirer préventivement les seins. Pourquoi cette opération ? Parce qu’elle souffre d’une mutation génétique d’un gène appelé BRCA, qui l’amenait à un risque très élevé de développer un cancer du sein au cours de sa vie : entre 55 et 85%.

Cette femme, extrêmement belle a osé, avec courage, montrer que l’on pouvait garder sa féminité après mastectomie bilatérale. Et reconstruction. Un message de courage et d’espoir pour les millions de femmes à travers le monde qui, dans le cadre d’un cancer du sein, doivent subir une ablation chirurgicale, physiquement invalidante mais surtout psychologiquement traumatisante .

Traitement et prévention : à ne pas confondre

Différence avec la majorité des patientes : Mme Jolie s’est fait opérer dans un cadre préventif et pas dans un cadre curatif. Rappelons tout d’abord quelques chiffres : 12% des femmes développeront un cancer du sein au cours de leur vie. En cas de mutation BRCA1 ou 2 ce risque monte à 55 à 85%, ce qui est énorme. Mais à l’inverse, seuls 5 à 10% des cas de cancer du sein concernent des patientes qui souffrent de ce type de mutation.

Billet initialement publié le 14/04/2014 - 15h04 et mis à jour par Dr Philippe Violon le 12/04/2014 - 01h04
Ce billet fait partie du blog : Le blog de la Rédaction
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Le cancer du sein est-il inscrit dans mes gènes? Mis à jour le 13/04/2004 - 00h00

Chaque année, en Belgique, près de 6.600 femmes développent un cancer du sein. Les scientifiques n'ont pas encore été en mesure de déterminer toutes les causes de ce type de cancer avec certitude. Toutefois, pour 5% des patientes, l'origine en serait...

Cancer du sein dans la famille du père: un risque accru Mis à jour le 08/11/2010 - 00h00

5 à 10% des cancers du sein sont liés à une mutation génétique particulière, qui peut être transmise aussi bien par la mère que par le père. Les cas de cancers du sein ou des ovaires dans la famille du père doivent donc tout autant inciter à la vigil...

Le dépistage génétique du risque de cancer du sein Mis à jour le 20/08/2002 - 00h00

Le dépistage génétique des femmes à haut risque de faire un cancer du sein est aujourd'hui possible. A qui s'adresse un tel dépistage et comment procéder ? Posons la question au Dr Marc Espié, cancérologue, Maître de conférences des universités - Pra...

La mastectomie préventive : un rempart au cancer du sein Publié le 02/11/2016 - 11h59

En cas de cancer du sein , une mastectomie ou ablation chirurgicale d’un ou des deux seins peut être envisagée. On procède ensuite à une reconstruction mammaire, immédiatement ou à distance de la première intervention. Mais on peut également procéder...

Plus d'articles