Cancer de la prostate : jusqu'à quel âge faut-il traiter ?

Publié par Isabelle Eustache, adapté par C. De Kock, journaliste santé le 13/06/2006 - 00h00
-A +A

Tous les hommes sont menacés par le cancer de la prostate. C'est pourquoi le dépistage est recommandé à partir de 50 ans. Qu'en est-il du dépistage, tout comme du traitement, chez les sujets âgés de plus de 75 ans ?

PUB

Dépistage du cancer de la prostate... jusqu'à 75 ans

En l'absence de campagne nationale de dépistage systématique de masse, on recommande aux hommes un dépistage individuel du cancer de la prostate à partir de 50 ans. Celui-ci comprend un toucher rectal, associé à un dosage de PSA (antigène prostatique spécifique). En cas de risque accru de cancer de la prostate, c'est-à-dire en cas d'antécédents familiaux et d'origine africaine, il est conseillé de débuter le dépistage plus précocement, soit à partir de 45 ans.
En revanche, le dépistage du cancer de la prostate n'est pas recommandé au-delà de 75 ans. Pourquoi ? Tout simplement parce que l'espérance de vie diminue tandis qu'un cancer met plus d'une dizaine d'années à se développer et à devenir dangereux pour la vie du malade. Il est donc préférable de ne pas inquiéter inutilement les sujets âgés en leur proposant des examens et le cas échéant en leur annoncant un cancer qui ne changera probablement en rien le décours de leur vie.

Traitement du cancer de la prostate... jusqu'à 75 ans ?

A côté de ce souci de déterminer jusqu'à quel moment le dépistage est bénéfique, on peut aussi se demander jusqu'à quel âge on peut mettre en Œuvre un traitement du cancer de la prostate lorsque celui-ci a été dépisté à un âge avancé. Concernant cette question, les avis ne sont pas aussi bien arrêtés.

En effet, lorsqu'un cancer localisé de la prostate a été détecté, pour une raison ou pour une autre, chez une personne de plus de 75 ans, deux attitudes thérapeutiques se présentent : l'une consiste à entreprendre un traitement (ablation chirurgicale de la prostate), l'autre à mettre en place une surveillance de la tumeur localisée, laquelle n'est pas nécessairement menacante.
Bien entendu, nous parlons ici de tumeur localisée, qui ne met pas le pronostic vital en jeu à court terme. Inversement, lorsque la tumeur est détectée à stade avancé, le traitement est privilégié s'il permet d'augmenter l'espérance de vie.

Publié par Isabelle Eustache, adapté par C. De Kock, journaliste santé le 13/06/2006 - 00h00 Hoffman R.M. et coll., Am. J. Med., 119: 418-25, 2006.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Prostate : savoir pour prévenir Publié le 21/02/2014 - 10h40

Adénome de la prostate, hypertrophie de la prostate, cancer de la prostate : Quels sont les symptômes de ces affections ? Quels sont les hommes à risques ? Quels sont les examens de dépistage ?

Le sport protège du cancer de la prostate Mis à jour le 31/05/2005 - 00h00

Les sportifs détiennent une des clés de la prévention en matière de cancer de la prostate . En effet, l'apparition et la progression de cette pathologie diminuent de 70% chez les hommes pratiquant plus de trois heures de sport par semaine !

Plus d'articles