Cancer du poumon : vivre avec la maladie

Mise à jour par Fondation ARC pour la recherche sur le Cancer le 03/12/2010 - 14h35
-A +A

Depuis l'annonce du diagnostic jusqu'à la fin des traitements - et même au-delà -, l'épreuve de la maladie impose, étape par étape, une réorganisation de la vie matérielle et psychique.

Dans ce cheminement, n'hésitez pas à poser des questions et à demander de l'aide.

PUB

Cancer du poumon : l'annonce de la maladie


Une personne apprenant qu'elle a un cancer du poumon passe par toutes sortes d'émotions, souvent contradictoires.

Parfois les malades et leur famille éprouvent un sentiment de découragement ou de révolte.

En général, les patients font mieux face au choc émotionnel s'ils peuvent en parler ouvertement avec des membres de leur entourage ou des amis.

Les questions sur l'avenir - outre les soucis­ plus immédiats concernant les examens,­ le traitement, le séjour à l'hôpital, les frais médicaux - se posent souvent.

Cancer du poumon : le soutien du corps médical


En parler avec les médecins, les infirmières et les autres membres du personnel soignant peut aider au jour le jour à soulager l'inquiétude. Les patients peuvent participer activement à leur prise en charge en posant des questions sur leur maladie et son traitement.

La prise de notes lors de la visite médicale peut aider à se remémorer un sujet particulier de la discussion. Il ne faut pas hésiter à demander au médecin d'expliquer tous les points qui paraissent peu clairs.

Le médecin traitant est la personne la plus indiquée pour donner un conseil sur la vie professionnelle ou l'activité générale possible.

Cependant, il peut être délicat d'aborder des questions intimes avec lui. Dans ce cas, le fait de partager ses préoccupations avec des personnes ayant vécu une expérience similaire est souvent utile. Si les problèmes émotionnels deviennent trop perturbants pour le patient ou son entourage, il vaut mieux consulter un spécialiste, psychologue, psychiatre ou psycho-oncologue. Il est plus facile pour la personne malade de s'adapter aux changements qu'implique un cancer du poumon lorsqu'elle dispose d'une bonne information et de soutiens efficaces.

Le plus souvent, le service social de l'hôpital ou de la clinique peut l'orienter vers les organismes qui faciliteront la rééducation, le soutien psychologique, les aides financières, le transport ou les soins à domicile.

Enfin, il peut être utile de consulter un médecin nutritionniste, notamment en cas de problèmes de déglutition.

Initialement publié par Fondation ARC pour la recherche sur le Cancer le 04/02/2010 - 01h00 et mis à jour par Fondation ARC pour la recherche sur le Cancer le 03/12/2010 - 14h35
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Fumeurs, vous pouvez échapper au cancer du poumon ! Mis à jour le 28/12/2004 - 00h00

Le risque de cancer du poumon augmente fortement chez les fumeurs. Il s'élève avec l'intensité du tabagisme, sa durée et l'âge. Une étude démontre clairement l'intérêt de passer un scanner des poumons chaque année. Autre constatation: le risque de ca...

Le cancer du poumon frappe désormais les femmes jeunes Mis à jour le 27/12/2001 - 00h00

Il y a une trentaine d'années, les étudiants en médecine apprenaient que le cancer du poumon touchait essentiellement l'homme, habituellement entre 55 et 70 ans. Aujourd'hui, il atteint de plus en plus de femmes, et des femmes de plus en plus jeunes....

L'alcool, facteur de risque pour le cancer du poumon ? Mis à jour le 29/11/2001 - 00h00

Si la responsabilité du tabac dans la genèse d'un cancer du poumon est clairement et depuis longtemps démontrée, le rôle de l'alcool reste sujet à controverses. L'alcool comme facteur de risque d'un cancer du poumon est d'autant plus difficile à démo...

Plus d'articles