Cancer du poumon : le diagnostic

Mise à jour le 03/12/2010 - 14h30
-A +A

Comme pour la majorité des cancers, plus le diagnostic de cancer pulmonaire est posé tôt, meilleure sera la prise en charge de la maladie et plus grandes seront les chances de survie du patient. C'est pourquoi il est important de consulter un médecin dès l'apparition des premiers symptômes.

PUB

Les examens diagnostiques du cancer du poumon

Un examen clinique suivi d'une radiographie pulmonaire, constituent les premières étapes dans le diagnostic du cancer du poumon.

Le médecin peut en outre prescrire un examen d’imagerie, appelé scanner ou tomodensitométrie.

Quels que soit les résultats de ces examens, seule une biopsie peut permettre d'affirmer la présence ou l'absence de cancer. Cette technique consiste à prélever un fragment de tissu suspect pour l’étudier au microscope. Les biopsies sont effectuées lors d'une bronchoscopie, un examen qui permet au médecin d'observer les voies aériennes à l'aide d'un tube équipé d'un système optique. Cette exploration est réalisée par un pneumologue, à l'hôpital ou en cabinet, sous anesthésie locale.

La biopsie permet non seulement de savoir si le patient est bien atteint de cancer, mais aussi d’obtenir des indications sur le type de cancer dont il souffre (cancer « à petites cellules » ou « non à petites cellules »). Cette méthode diagnostique n'est pas totalement fiable et peut donner un résultat négatif alors qu’il existe bien une tumeur. Aussi, en cas de biopsie négative, si un doute persiste en raison d’anormalités détectées sur les radiographies ou scanners, d’autres examens peuvent être effectués.

En fonction de la localisation des anomalies, il peut s’agir d’une ponction réalisée sous scanner (sous anesthésie locale) ou d’une exploration chirurgicale qui nécessite une courte hospitalisation (par exemple une médiastinoscopie).

L'évaluation du stade du cancer du poumon

Ces examens permettent de définir le stade de la maladie et de choisir le traitement le plus adapté.

Pour réaliser ce bilan (dit « bilan d'extension »), le médecin peut deman­der de réaliser un ou plusieurs examens parmi les suivants :

  • La médiastinoscopie permet de déterminer si les cellules cancéreuses ont envahi les ganglions lymphatiques du médiastin.
  • La scintigraphie osseuse permet de rechercher une localisation cancéreuse au niveau des os. Cet examen, pratiqué sans hospitalisation dans un service de médecine nucléaire, nécessite l'injection dans le sang d'une substance légèrement radioactive qui se fixe sur le squelette. Une cartographie de la totalité du squelette permettra de détecter des zones anormales. La quantité d'agents radioactifs est minime et l'examen n'est pas dangereux.
  • Le scanner ou tomodensitométrie du poumon permet d'évaluer la taille de la tumeur mais elle est également utile pour découvrir si le cancer a envahi d'autres organes du thorax, notamment des ganglions. D'autres scanners permettent d'étudier des organes plus éloignés tels que le cerveau, le foie ou les glandes surrénales. Ces examens ne sont pas douloureux mais nécessitent une immobilisation de quelques minutes. Parfois, le scanner est complété ou remplacé par une IRM (imagerie par résonance magnétique).
  • La tomographie à émission de positons (dite TEP ou « PET-Scan ») se fonde sur le même principe que la scintigraphie osseuse : l’injection d’une substance radioactive. Elle permet de visualiser les cellules cancéreuses en division dans quasiment tous les organes, excepté le cerveau.
  • Dans de rares cas, l'angiographie, examen permettant d'opacifier les vaisseaux, peut être pratiquée pour vérifier les connexions de la tumeur avec les branches de l'artère pulmonaire et de l'aorte, gros vaisseaux qui partent du cœur.
  • L'échographie hépatique permet de visualiser le foie afin de déceler d'éventuelles métastases.
  • Différentes explorations permettant d'évaluer la capacité respiratoire du patient et de déterminer si une intervention chirurgicale peut être réalisée sans provoquer d'essoufflement ou de difficultés respiratoires graves sont également réalisés.

L’ensemble de ces examens permettent au médecin d'apprécier l'extension de la maladie. Elle est évaluée selon la classification T.N.M. (Taille et localisation de la tumeur – T1 à T4, ganglions atteints – N0 à N3, présence de Métastases – M0 à M1) ou par « stades » (de I à IV).

Initialement publié le 23/06/2005 - 02h00 et mis à jour le 03/12/2010 - 14h30
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Fumeurs, vous pouvez échapper au cancer du poumon ! Mis à jour le 28/12/2004 - 00h00

Le risque de cancer du poumon augmente fortement chez les fumeurs. Il s'élève avec l'intensité du tabagisme, sa durée et l'âge. Une étude démontre clairement l'intérêt de passer un scanner des poumons chaque année. Autre constatation: le risque de ca...

Et si c'était un cancer du rein? Mis à jour le 18/01/2010 - 00h00

Le cancer du rein est un cancer assez rare. Il touche davantage les hommes que les femmes, habituellement au-delà de 50 ans. S'il évolue silencieusement et s'il est souvent découvert fortuitement, certains facteurs peuvent mettre sur la piste. Quels...

Plus d'articles