Cancer : plusieurs spécialistes pour lutter

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 30/03/2015 - 14h29
-A +A

Le cancer est une maladie complexe. Pour la vaincre, il ne suffit pas d’un médecin. Plusieurs spécialistes seront impliqués. C’est pourquoi aujourd’hui, il est très fréquent que l’on organise des concertations oncologiques multidisciplinaires. Cela fait 10 ans que celles-ci sont financées par l’INAMI et le centre fédéral d’expertise des soins de santé a fait le bilan…

PUB

Contre le cancer, les concertations oncologiques multidisciplinaires sont incontournables

Les concertations oncologiques multidisciplinaires (COM) consistent à réunir plusieurs spécialistes qui interviennent tous dans le traitement d’un patient atteint de cancer. Les personnes concernées vont dépendre du patient et du cancer : le ou la spécialiste traitant(e) bien sûr, mais aussi selon les cas un(e) chirurgien(ne), un(e) oncologue médical, un(e) spécialistes des images médicales, … Seront aussi présents un infirmier coordinateur de soins, et potentiellement aussi un(e) psychologue et/ou un(e) assistant(e) social(e). Dans la mesure du possible, mais encore trop peu souvent, le médecin généraliste du patient se joint à la concertation.

Dans quels cas peut-on bénéficier d’une concertation oncologique multidisciplinaire ?

Ces concertations sont remboursées par l’INAMI depuis 2003. Elles sont obligatoires dans certains cas :

  • Les médecins choisissent de traiter un cancer autrement qu’avec la procédure prévue traditionnellement prévue dans l’hôpital.
  • On met en place une radiothérapie dans une zone déjà irradiée moins d’un an auparavant.
  • Certaines molécules de chimiothérapie entrainent aussi automatiquement la mise en place de concertations oncologiques multidisciplinaires.
  • Quand la patiente est une femme prise en charge dans une clinique du sein agréée.

Mais cela ne veut pas dire que seuls les patients qui entrent dans ces cas peuvent y avoir accès. En 2003, il y a eu 28 350 concertations ; en 2012, 104 530. Une preuve tangible de leur popularité auprès des soignants.

Initialement publié par Marion Garteiser, journaliste santé le 30/03/2015 - 14h29 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 30/03/2015 - 14h29

KCE report 239 : 10 ans de concertations oncologiques multidisciplinaires : bilan et perspectives

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Le cancer du sein : les grandes questions Mis à jour le 29/11/2001 - 00h00

Le cancer du sein est la première cause de cancer chez la femme . Il se développe le plus souvent à partir des lobules ou des canaux de la glande mammaire. La cause première du cancer n'est pas connue, mais des facteurs de risque ont été identifiés.

La vitamine D protège les femmes du cancer du sein Mis à jour le 02/07/2013 - 15h31

Alors que la vitamine D est connue pour son intérêt sur les os et le squelette, on lui attribue aujourd’hui d’autres propriétés, notamment anticancéreuses. Aujourd'hui, les liens entre carences en vitamine D et cancer du sein sont de plus en plus éta...

Dépistage du cancer du sein : plus chers ! Mis à jour le 03/02/2002 - 00h00

Alors que notre pays se dote d'une campagne efficace de dépistage dans le cancer du sein , l'Europe, elle, admet de breveter des gènes de susceptibilité de ce même cancer. La conséquence directe pour les patientes est un prix inabordable pour les tes...

Voir un diététicien pendant un cancer Publié le 22/05/2015 - 16h19

Si l’ alimentation joue un rôle dans la survenue d’un cancer , elle doit également être surveillée lorsque la maladie se déclare. Objectif : atteindre le meilleur état nutritionnel possible pour combattre la maladie et mieux supporter les effets seco...

Plus d'articles