Cancer de l'ovaire : nécessité d'un diagnostic précoce

Publié par Dr Philippe Presles, adapté par C. De Kock, journaliste santé le 15/11/2005 - 00h00
-A +A

Diagnostiqué tôt le cancer de l'ovaire est de bon pronostic. Comment le découvrir à temps ? Plusieurs cas de figure sont possibles.

PUB

En matière de dépistage, on parle souvent des cancers du sein, du côlon et de la prostate, mais assez peu du cancer de l'ovaire. Pourtant, on en diagnostique environ 750 par an en Belgique et on déplore près de 500 décès annuels. Pourquoi un si mauvais score de survie ? Parce que ce cancer est trop souvent diagnostiqué trop tard. C'est terrible car, découvert au stade 1, quand il est limité à l'ovaire lui-même, le taux de survie est de 75%. Mais en cas de métastases, ce taux chute à 10%...

Une échographie pelvienne au moindre doute

Les signes sont plutôt discrets et peu évocateurs : gonflement de l'abdomen (qui n'en a pas ?), augmentation du tour de taille, douleur pelvienne, envie d'uriner avec urgence. Mais au moindre doute, il ne faut pas craindre d'en parler à son médecin pour qu'une échographie pelvienne puisse être proposée.

Une relation avec certains cancers du sein

Un autre cas de figure doit amener à faire régulièrement une échographie pelvienne : il s'agit de l'association entre certains cancers du sein et de l'ovaire. Concrètement, il vous faut répondre à la question suivante : dans votre famille en ligne directe (mère, grands-mères, tantes, sŒurs ou filles) existe-t-il trois cas de cancer du sein ou de l'ovaire, ou bien deux cas de cancer du sein dont un survenu avant 40 ans et/ou un bilatéral (concernant les deux seins) ?Si c'est votre cas, il convient de voir avec votre médecin l'utilité ou non de faire un dépistage génétique de prédisposition au cancer du sein et de l'ovaire (gène BRCA1 ou BRCA2), et il faudra faire une échographie pelvienne en même temps que vos mammographies de contrôle. Un dosage du CA 125 peut également être proposé : c'est le marqueur tumoral sérique essentiel du cancer épithélial de l'ovaire. La plupart des études retiennent 35 U/ml comme limite supérieure.

Publié par Dr Philippe Presles, adapté par C. De Kock, journaliste santé le 15/11/2005 - 00h00
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Le cancer du sein est-il inscrit dans mes gènes? Mis à jour le 13/04/2004 - 00h00

Chaque année, en Belgique, près de 6.600 femmes développent un cancer du sein. Les scientifiques n'ont pas encore été en mesure de déterminer toutes les causes de ce type de cancer avec certitude. Toutefois, pour 5% des patientes, l'origine en serait...

Cancer du sein dans la famille du père: un risque accru Mis à jour le 08/11/2010 - 00h00

5 à 10% des cancers du sein sont liés à une mutation génétique particulière, qui peut être transmise aussi bien par la mère que par le père. Les cas de cancers du sein ou des ovaires dans la famille du père doivent donc tout autant inciter à la vigil...

Plus d'articles