Cancer colorectal : les traitements

Mise à jour le 25/01/2010 - 01h00
-A +A

Si la chirurgie constitue le traitement curatif de base du cancer colorectal, d'autres thérapeutiques seront parfois utilisées seules ou en association en fonction des cas.

PUB

L'ablation de la tumeur au cours d'une coloscopie

Tout polype enlevé au cours d’une coloscopie est analysé. La détection d’un état précancéreux (dysplasie) ou de cancérisation très superficielle (absence d'envahissement de la musculaire muqueuse) implique que l’ablation du polype est à elle seule curative. La présence de cellules cancéreuses à la limite de la zone retirée ou un envahissement en profondeur entraine généralement une indication de chirurgie complémentaire.

La chirurgie

La chirurgie constitue le traitement curatif de base du cancer colorectal.

L’intervention qui consiste à enlever totalement la zone du côlon comprenant la tumeur est appelée hémicolectomie.

  • Par laparotomie : après ouverture de la cavité abdominale, le chirurgien réalise une ablation de la tumeur ainsi que des vaisseaux et des zones voisines contenant des ganglions lymphatiques. Une suture relie alors les deux extrémités du côlon.
  • Par cœlioscopie : la chirurgie par cœlioscopie est une alternative assez fréquente à la laparotomie. Pour cela, les instruments sont introduits par des orifices d’environ 1 cm et la tumeur est extraite par une petite incision. Elle offre la même sécurité et améliore la qualité de vie des patients (réduction de la douleur post-opératoire, de la durée d'hospitalisation, formation de cicatrices discrètes et diminution des risques d'éventration). Lorsque la tumeur est restée très localisée, sans atteinte ganglionnaire, l’intervention chirurgicale est dite curative, c’est-à-dire que le patient est considéré comme traité par la chirurgie seule. En cas de découverte de métastases du foie ou du poumon au cours de la chirurgie, leur ablation est envisagée immédiatement si elle paraît facile. Une chimiothérapie est souvent prescrite en complément de la chirurgie.
  • Par colostomie provisoire ou définitive : après l’hémicolectomie, les deux extrémités du côlon sont suturés. Dans certains cas il est nécessaire de prévoir une dérivation (anus artificiel). On parle de colostomie. Souvent elle n’est que provisoire et la continuité du transit est rétablie après la cicatrisation. Parfois, en cas de complications du cancer à type d'occlusion ou de perforation, ou d'impossibilité de conserver le sphincter anal dans les cancers rectaux situés très près du sphincter, le chirurgien est contraint de pratiquer une colostomie définitive. Le côlon est alors accolé à la peau de l'abdomen et relié à une poche qui recueille les selles.

Initialement publié le 15/06/2005 - 02h00 et mis à jour le 25/01/2010 - 01h00
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Cancer colorectal : 11 facteurs de risque Publié le 17/03/2017 - 15h29

Second cancer chez la femme (après le cancer du sein) et troisième chez l'homme (après le cancer du poumon et de la prostate), le cancer colorectal est très fréquent. Ce cancer fait l’objet d’un dépistage généralisé. L'objectif : le dépister le plus...

Plus d'articles