Cancer colorectal : les effets secondaires des traitements

Mise à jour le 25/01/2010 - 01h00
-A +A

PUB

Effets dus à la chimiothérapie

Les effets secondaires de la chimiothérapie dépendent des produits utilisés. En règle générale, la chimiothérapie du cancer colorectal présente des effets secondaires modérés, avec peu de risques d'alopécie (perte des cheveux) qui survient quand même dans 40 % des cas lors de l’utilisation de l’irinotécan, peu de nausées, parfois des diarrhées.

Si les chimiothérapies sont de mieux en mieux tolérées, c’est parce que le traitement s’accompagne aujourd’hui de l’administration de produits prévenant ou limitant les effets secondaires tels que les vomissements. Par exemple, des anti-nauséeux puissants sont systèmatiquement associés à la chimiothérapie en particulier lors de l’utilisation d’oxaliplatine ou d’irinotécan. Lorsque cela est possible, les cures sont réalisées en ambulatoire, c’est-à-dire, en venant dans la structure de soins pour une demi-journée et en retournant ensuite à domicile.

Dans certains cas, il est possible de recevoir l’ensemble du traitement à domicile. Pour les traitements intraveineux. La pose de cathéter ou de chambre implantable est devenue quasi systématique afin de préserver l’intégrité des veines des patients.

Inflammations buccales

Des bains de bouche à base de bicarbonate de sodium et antimycosiques peuvent être prescrits en prévention des inflammations buccales générées par certaines chimiothérapies notamment celles comprenant du 5-FU.

Neuropathies

Des fourmillements au niveau des doigts et des orteils, parfois invalidants et prolongés sont observés lors de l’administration d’oxaliplatine. En début de traitement, ces manifestations sont surtout liées au contact d’objets froids qui doit donc être évité après l’administration de l’oxaliplatine. Avec la répétition des cures, ces effets à type de fourmillements, d’engourdissements peuvent devenir permanents, ce qui impose l’arrêt de l’oxaliplatine.

Toxicité hématologique

Une baisse de certaines cellules sanguines peut survenir lors de la chimiothérapie, surtout à la suite d’un traitement comportant l’oxaliplatine et l’irinotécan. Ces effets peuvent être révélés par certains symptômes, notamment une fièvre de plus de 38°C ou des frissons, un essouflement, des vomissements ou une diarrhée importante. En général, ces effets durent moins de sept jours et ne justifient pas de prise en charge spécifique.

Effets secondaires des anticorps monoclonaux

Les effets secondaires des anticorps monoclonaux sont différents de ceux des chimiothérapies conventionnelles.

  • Le cétuximab (Erbitux®) a pour effet secondaire principal l'apparition d'une éruption cutanée proche de l’acné qui peut être prévenue par une prémédication antihistaminique.
  • Le bévacizumab (Avastin®), quant à lui peut provoquer des saignements plus ou moins importants ainsi que des retards de cicatrisation (il doit être suspendu deux mois avant une intervention), de la fièvre et une hypertension artérielle. Et exceptionnellement, une perforation du tube digestif ou une obstruction d’un vaisseau par un caillot (une thrombose).

L’attention du patient doit être attirée sur le fait que l’absence d’effets indésirables en cours de chimiothérapie est possible, et ne remet nullement en cause l’efficacité du traitement.

Initialement publié le 15/06/2005 - 02h00 et mis à jour le 25/01/2010 - 01h00
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB