Cancer colorectal : 11 facteurs de risque

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 17/03/2017 - 15h29
-A +A

Second cancer chez la femme (après le cancer du sein) et troisième chez l'homme (après le cancer du poumon et de la prostate), le cancer colorectal est très fréquent.

Ce cancer fait l’objet d’un dépistage généralisé. L'objectif : le dépister le plus tôt possible pour augmenter l'efficacité des traitements.

 

Parallèlement, connaissez-vous les 11 facteurs de risque du cancer colorectal ?

PUB

1. L’âge.

Le cancer colorectal touche surtout les personnes de plus de 50 ans. C'est pourquoi le dépistage organisé recommande un test tous les deux ans, de 50 à 74 ans (s'agissant d'un cancer qui se développe lentement, il ne semble pas essentiel de poursuivre le dépistage au-delà d'un âge avancé).

2. Les antécédents familiaux de cancer du côlon.

Tout antécédent familial de cancer colorectal augmente le risque d'en souffrir aussi.

3. Les antécédents personnels ou familiaux de maladie du côlon (colite ulcéreuse).

Une maladie du côlon personnelle ou un antécédent familial augmente le risque de cancer du côlon.

4. Les maladies inflammatoires de l'intestin.

Alors que les polypes nouvellement formés au niveau du rectum ou du côlon ne sont pas cancéreux, en revanche, certaines maladies de l'intestin, comme notamment une polypose rectologique qui se manifeste par de très nombreux polypes, exposent à un risque très élevé de cancer colorectal.

5. La consommation d'alcool.

Dès le premier verre d'alcool, le risque de cancer augmente. À noter que le tabac est également un facteur de risque de cancer colorectal.
(Rapport 2007 du Fonds Mondial de recherche contre le cancer)

6. Le surpoids.

Il existe une relation positive entre l'apport calorique et le risque de développer un cancer colorectal. Ainsi, les personnes en surpoids ont plus de risque de souffrir de ce type de cancer que celles de poids normal.

7. La sédentarité.

La sédentarité représente un facteur indépendant favorisant le cancer colorectal.

8. Une consommation élevée en produits gras (charcuterie, beurre, sauce, fritures, viennoiseries...).

En plus d'accroître les apports caloriques, les acides gras saturés que l'on trouve dans les graisses animales favorisent le cholestérol et augmentent le risque de cancer. Ainsi, les charcuteries, le beurre, la crème, les viandes grasses (mouton, abats) et les œufs favorisent le cancer colorectal, à l'inverse des graisses provenant par exemple de l'huile d'olive, des volailles et des poissons.

9. Une faible consommation de fruits et légumes.

Les fruits et légumes sont des aliments protecteurs vis-à-vis du cancer colorectal.

10. La viande rouge.

La consommation de viande rouge est associée à une augmentation du risque de cancer colorectal. Lors de la digestion de la viande rouge se formeraient des radicaux dont certains sont cancérigènes. Attention également à la cuisson des viandes. Les très hautes températures sont également à l'origine de la formation de composés cancérigènes (friture, barbecue).

11. Une consommation insuffisante de calcium et de produits laitiers.

Il semblerait que le calcium réduise l'incidence du cancer colorectal, car il s'oppose à la prolifération anormale de cellules sur la paroi interne du côlon.

Initialement publié par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 16/03/2009 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 17/03/2017 - 15h29

Fondation ARC pour la recherche sur le cancer (ARC) ; Rapport 2007 du Fonds Mondial de recherche contre le cancer.

Notez cet article
PUB
A lire aussi
La vitamine D protégerait contre le cancer colorectal Mis à jour le 22/03/2010 - 00h00

La vitamine D a le vent en poupe. Connue depuis longtemps pour son rôle majeur dans la lutte contre l'ostéoporose, elle permettrait aussi, selon une récente étude, de réduire de manière importante le risque de cancer du côlon , un des cancers aujourd...

Quels sont vos risques de cancer du côlon ? Publié le 17/03/2017 - 15h16

Le cancer du côlon est le 2 e cancer le plus fréquent chez la femme et le 3 e chez l’homme. Ce cancer fait l’objet d’un dépistage généralisé à partir de l’âge de 50 ans, mais un dépistage personnalisé plus précoce est recommandé aux personnes les plu...

Plus d'articles