Cancer du col de l'utérus

PUB

Le cancer du col de l'utérus est une tumeur maligne qui se développe à partir des cellules du col de l'utérus, qui constitue l'entrée de l'utérus, située dans le vagin. Le col est formé d'une charpente faite d'un tissu conjonctif ou tissu de soutien, elle-même recouverte d'un épithélium.

Chacun de ces tissus peut dégénérer. Les tumeurs sarcomateuses proviennent du tissu conjonctif (moins de 1 cas pour 1 000) ; l'épithélium de la partie interne du col donne lieu à des cancers glandulaires (moins de 1 cas sur 20) ; les lésions les plus fréquentes (95 % des cas) naissent de l'épithélium situé à la partie externe du col.

Le cancer du col de l'utérus est une localisation cancéreuse fréquente chez la femme. Rare avant l'âge de 30 ans, son incidence maximale se situe entre 50 et 70 ans.

On constate heureusement que, grâce au dépistage par le frottis, ce cancer est en nette diminution dans les pays développés et que la mortalité a baissé de plus de 60 % au cours des 30 dernières années.

  • infection virale : des virus sexuellement transmissibles, comme le papillomavirus humain ou l'herpès favorisent l'apparition d'un cancer du col.
  • tabagisme
  • précocité des rapports sexuels
  • partenaires multiples

Faire un dépistage régulier par frottis. Toute femme doit avoir un examen gynécologique complet au moins une fois par an. L'examen clinique est complété tous les 3 ans par un frottis (après 2 frottis normaux réalisés à un an d'intervalle). Un dépistage organisé du cancer du col par frottis devrait être mis en place avant 2005 et concernera toutes les femmes de 25 à 65 ans. Prévenir les maladies sexuellement transmissibles. L'usage systématique du préservatif est à ce jour le seul moyen connu pour se protéger des infections sexuelles virales, comme l'herpès génital par exemple. Ne pas fumer. Le tabagisme favorise l'apparition de nombreux cancers, dont celui du col de l'utérus. N'hésitez pas à en parler à votre médecin, qui vous proposera différents moyens pour vous aider à arrêter de fumer.

  • Faites un examen gynécologique systématique une fois par an, complété par un frottis tous les 3 ans.
  • Vous constatez des saignements qui surviennent en dehors des règles, spontanés ou après les rapports sexuels.

Le médecin examine le col au spéculum. S'il constate des lésions inhabituelles sur le col ou de façon systématique, dans le cadre d'un dépistage, il pratique alors un frottis. Cet examen consiste à prélever des fragments superficiels de la muqueuse du col à l'aide d'une spatule en bois. Le prélèvement est examiné au microscope, à la recherche de lésions cancéreuses ou pré-cancéreuses (également appelées dysplasies). Pour un diagnostic certain, il faut faire une colposcopie, c'est-à-dire examiner le col au microscope. Le médecin applique des colorations diverses sur le col et la zone anormale prend une coloration différente des tissus normaux. Une biopsie de cette zone est alors effectuée, c'est-à-dire qu'un fragment est prélevé et sera étudié au microscope. Si la biopsie est négative, alors que le frottis a révélé la présence de lésions, il faut alors avoir recours à une intervention appelée conisation, qui vise à prélever un fragment plus large du col afin de trouver l'origine des cellules anormales.

En cas de lésion pré-cancéreuse ou dysplasie, le traitement dépend du stade de celle-ci, allant de la simple prescription d'ovules en cas de dysplasie légère à l'intervention chirurgicale si la dysplasie est sévère. Dans ce dernier cas, la technique la plus sûre consiste en une conisation : elle consiste à retirer la partie suspecte du col utérin, (taillée en forme de cône, d'où le nom de conisation). Elle permet l'analyse complète des tissus du col. Dans tous les cas, une surveillance régulière est indispensable dans les années qui suivent, pour vérifier que le traitement a été correctement effectué ou pour dépister une éventuelle récidive. S'il s'agit d'un cancer confirmé, les traitements reposent sur la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie, dont l'association est guidée par le bilan d'extension du cancer. Quand le diagnostic est fait à un stade initial, la guérison est totale dans la quasi-totalité des cas.

Initialement publié le 28/01/2002 - 01h00 et mis à jour par <a href="/taxonomy/term/19071" hreflang="fr">Dr Sylvie Coulomb</a> le 24/11/2008 - 01h00 guide familial des maladies publié sous la direction du dr andré h. dandavino - copyright rogers média, 2001
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Kyste bénin : risque de cancer du sein ultérieur Publié le 21/08/2013 - 11h32

Le dépistage de lésions mammaires a priori bénignes (kystes, cellules suspectes, tumeurs) est de plus en plus fréquent depuis la généralisation de la mammographie. La majorité de ces lésions n'est pas associée à un risque de cancer du sein. En revanc...

Un espoir belge dans la lutte contre le cancer Mis à jour le 26/09/2006 - 00h00

Une équipe scientifique belge de l'Université de Liège et de la Faculté universitaire de Gembloux dévoile le rôle antiangiogénique de certains peptides . Cette découverte offre des perspectives prometteuses dans le domaine de la recherche contre le c...

Plus d'articles