Cancer du col de l'utérus : ce qu'il faut savoir ?

Publié par Isabelle Eustache le 25/04/2006 - 00h00
-A +A

Le cancer du col de l'utérus est particulièrement fréquent. Il existe des gestes préventifs qu'il faut connaître et respecter. Que faut-il savoir d'autre à propos de ce cancer féminin ?

PUB

Le cancer du col est dû à un virus. Vrai.La grande majorité des cancers du col sont dus à des virus appartenant à la famille des papillomavirus. Il existe un vaccin qui protège du cancer du col. Faux.Un vaccin est actuellement expérimenté sur une population de femmes. Les résultats à cinq ans montrent qu'il est très efficace et bien toléré, suggérant qu'il pourrait être bientôt disponible sur le marché. Il existe un test de dépistage du cancer du col. Vrai.Plus exactement, il existe un test spécifique permettant, de détecter les papillomavirus les plus fréquemment impliqués dans le cancer du col, et dénommé test HPV.Un simple frottis permet d'écarter tout risque de cancer du col. Faux.La prévention du cancer du col passe par la réalisation régulière d'un frottis et le cas échéant par un test HPV. Un frottis normal et un test HPV négatif signifient que le risque de développer un cancer du col est quasi nul.La conisation est une intervention chirurgicale réalisée dans le cadre du traitement du cancer du col. Faux.On réalise le plus souvent une conisation (ablation d'un fragment de tissu en forme de cône à la base du col de l'utérus) lorsque des cellules suspectes sont détectées par le frottis. Cette intervention permet de déterminer la nature exacte des cellules et leur étendue. Elle est également utilisée comme procédure chirurgicale, c'est-à-dire qu'elle permet l'ablation complète des tissus précancéreux et évite ainsi l'évolution vers un cancer. Après une conisation, une grossesse devient impossible. Faux.Après une conisation, des difficultés à être enceinte sont probables car la glaire cervicale peut s'en retrouver modifiée et peu propice à la pénétration des spermatozoïdes. Il convient alors d'entreprendre un traitement visant à améliorer la qualité de la glaire (oestrogènes). Cette intervention peut aussi augmenter le risque d'accouchement prématuré. En conséquence, la grossesse devra être davantage surveillée. Les femmes ayant leurs premières relations sexuelles très jeunes et avec des partenaires multiples sont plus à risques de cancer du col de l'utérus. Vrai.C'est dû au fait que certains papillomavirus, sexuellement transmissibles, provoquent des lésions susceptibles de dégénérer si elles ne sont pas traitées. D'où l'intérêt de consulter régulièrement un gynécologue afin de réaliser des frottis et éventuellement un test HPV.Le cancer du col de l'utérus est héréditaire. Faux.Il est le plus souvent dû à un virus de la famille des papillomavirus.Le premier symptôme du cancer du col se manifeste par des douleurs dans le ventre. Faux.Les symptômes précoces les plus fréquents d'un cancer du col de l'utérus sont des saignements survenant en dehors de la période des règles, spontanément ou après des rapports sexuels. Mais ce signe ne signifie pas forcément qu'il s'agit d'un cancer. Il faut cependant consulter afin d'en déterminer la cause exacte. Le tabagisme double le risque de cancer du col. Faux.Le tabagisme actif triple le risque de cancer du col. C'est le tabagisme passif qui double ce risque.

Publié par Isabelle Eustache le 25/04/2006 - 00h00
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Conisation: risque d'accouchement prématuré Publié le 02/04/2013 - 17h11

La conisation consiste à ôter une partie des tissus du col utérin dans le cadre d'un traitement curatif de lésions pré-cancéreuses . Cette technique chirurgicale est efficace, mais semble majorer le risque ultérieur d'accouchement prématuré.

Papillomavirus : vaccins, dépistage, quoi de neuf ? Publié le 05/08/2016 - 10h20

Le vaccin contre le papillomavirus humain (HPV) , virus qui est à l’origine de 70% des cancers du col de l’utérus, est disponible en Belgique depuis 2007. Nous avons demandé au Pr Philippe Simon, gynécologue, Chef de Clinique de la clinique de gynéco...

Plus d'articles