Calmants, somnifères: méfiance!

Article créé le 02/01/2013 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 31/12/2012 - 14h55
-A +A

Le ministère de la santé vient de lancer une campagne pour souligner les risques d'une utilisation imprudente des benzodiazépines, molécules qui composent souvent les somnifères ou les calmants.

PUB

Les calmants et les somnifères nous veulent-ils du bien?

Cela peut se discuter.

Ceux qui contiennent des benzodiazépines sont parmi les plus connnus: Xanax, Valium, Tranxène, Témesta...

Il est vrai que les benzodiazépines sont efficaces pour diminuer l'angoisse et améliorer la qualité du sommeil, ou diminuer le temps d'endormissement.

Mais elles sont aussi redoutables si elles sont prises pendant plus que quelques jours. Les patients risquent en effet une accoutumance (besoin de prendre une dose toujours plus élevée pour obtenir un effet) ainsi qu'une dépendance psychologique et physique.

Et lors de l'arrêt, les symptômes de sevrage des benzodiazépines peuvent être redoutables. Confusion, anxiété, insomnie ne sont pas rares.

 

Anxiété et troubles du sommeil: il existe d'autres solutions

Le SPF Santé publique vient de lancer une campagne au sujet des benzodiazépines. Il faut dire que les Belges en sont friands – plus de 495 millions de doses journalières ont été délivrées en 2011.

Le ministère de la santé souhaite donc attirer l'attention des citoyens sur le risque éventuel que peuvent représenter ces médicaments.

Ceci dit, pointer les risques des calmants et des somnifères n'est pas suffisant... Encore faut-il proposer des alternatives! En effet, angoisses et troubles du sommeil ont un impact très important sur la qualité de vie des personnes qu'ils affectent. .

Mais les traitements de l'angoisse et des troubles du sommeil ne passent pas tous par les benzodiazépines.

 

Beaucoup de choses peuvent prévenir ou soulager les angoisses, le stress ou les problèmes de sommeil:

- Activité physique douce et régulière,

- Thérapies cognitives et comportementales,

- Eventuellement, traitements alternatifs ou de médecine douce (homéopathie, fleurs de Bach, etc.)

- Le millepertuis a prouvé son efficacité dans la dépression, qui est souvent liée à des angoisses et/ou à des problèmes de sommeil.

 

Si vous faites face à une anxiété sérieuse ou à des problèmes de sommeil, il est parfois difficile de voir comment s'en sortir.

La prescription d'un médicament peut représenter une porte de sortie, mais si c'est souvent la plus facile sur le moment, elle ouvre sur de possibles difficultés futures...

Il est donc important, au moment où vous consultez votre médecin pour des troubles du sommeil ou de l'anxiété, d'évoquer avec lui les alternatives aux traitements à base de benzodiazépines.

Billet initialement publié le 02/01/2013 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 31/12/2012 - 14h55
Ce billet fait partie du blog : Le blog de la Rédaction
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
daniele-catherine

vous avez raison, mieux vaut ne pas dormir pendant quelques jours plutôt que de commencer à en prendre. Ma mèmoire a été très atteinte par la prise de loramet (lorametzepan) et autres. Il est très difficile après de s'en défaire. Merci pour votre site d'information. D.

PUB
A lire aussi
Solutions 100% naturelles pour retrouver le sommeil Mis à jour le 20/04/2015 - 10h42

Difficultés à trouver le sommeil , réveils multiples durant la nuit ? Les plantes représentent des solutions naturelles pour retrouver le sommeil . Certaines favorisent l' endormissement , d'autres limitent les éveils intempestifs au beau milieu de l...

Les somnifères et les calmants font-ils tomber les seniors? Mis à jour le 14/10/2003 - 00h00

" …Depuis le décès de mon époux, je dors très mal. J'ai demandé à plusieurs reprises à mon médecin traitant de me prescrire des somnifères, mais il refuse sous prétexte que ces médicaments augmenteraient trop le risque de chute. Un somnifère, ca ne p...

Cannabis : drogue et médicament ? Publié le 01/07/2013 - 10h36

Le cannabis, dont l’usage « récréatif » fait débat, a aussi des effets thérapeutiques dont certains sont aujourd’hui bien documentés, notamment contre la douleur, les nausées et les vomissements, les spasmes et la perte de l’appétit.

Plus d'articles