Calcium : êtes-vous en manque ?

Mise à jour par Paule Neyrat, Diététicienne le 21/01/2014 - 16h50
-A +A

PUB

Calcium : combien en faut-il ?

Beaucoup ! Car les cellules des os se renouvellent en permanence.
Il faut donc du calcium pour fabriquer les nouvelles qui remplacent celles qui se détruisent et dont le calcium est éliminé dans les urines : ce sel minéral ne se recycle pas dans notre organisme.

Les besoins en calcium sont estimés à 900 mg par jour chez les adultes mais pour les ados, ils sont de 1200 mg, ceci parce qu’ils grandissent et fabriquent beaucoup de cellules osseuses.

À partir de 55 ans pour les femmes et de 65 ans pour les hommes, il en faut aussi 1200 mg car à partir de ces âges là, la destruction des cellules osseuses est plus importante.

Pendant le dernier trimestre d’une grossesse, les besoins en calcium sont de 1000 mg car il faut que Maman en fournisse pour fabriquer les os du bébé. Et, si elle l’allaite ensuite, ça va jusqu’à 1300 mg.

Calcium : d’où vient-il ?

  • Uniquement de votre alimentation et surtout des produits laitiers : lait, yaourt, fromage blanc et fromages fermentés.
    Ces derniers en contiennent le plus et plus ils sont durs (genre emmental, comté, parmesan), plus ils en sont riches : de 700 à 1200 mg pour 100 g
  • Il y en a aussi dans les légumes : de 50 à 150 mg.
    Ce qui fait que lorsqu’on en mange suffisamment (400 à 500 g par jour), on assure une partie des besoins.
  • Il y en a également un peu dans certaines eaux minérales (Vittel, Hépar).

On estime qu’une alimentation sans laitages apporte à peu près 400 à 500 mg de calcium par jour, ce qui risque fort d’être insuffisant.

 

Initialement publié par Paule Neyrat, Diététicienne le 27/01/2014 - 09h30 et mis à jour par Paule Neyrat, Diététicienne le 21/01/2014 - 16h50

http://www.anses.fr/fr/content/le-calcium. Effectiveness and safety of vitamin D in relation to bone health. Cranney A, Horsley T, et al. Evid Rep Technol Assess (Full Rep). 2007 Aug;(158):1-235. C M Weaver et K L Plawecki « Dietary calcium: adequacy of a vegetarian diet » American Journal of Clinical Nutrition 1994;59(5):1238S-1241S

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB