C’est décidé, j’arrête de me plaindre !

Mise à jour par Lauranne Garitte, Journaliste santé le 30/06/2016 - 12h46
-A +A

Une journée pluvieuse, des embouteillages, un ordinateur qui bugge, des enfants insupportables : les raisons de se plaindre sont nombreuses. Et si on essayait plutôt de positiver ? Et si on relevait le défi « 21 jours sans se plaindre », accepté par plus de 11 millions de personnes dans plus de 106 pays ?

PUB

Il y a des jours où tout semble ligué contre nous. Alors, à coup de petites phrases plaintives, on se décharge de son insatisfaction. Car après tout, se plaindre, ça soulage ! Mais que reflètent ces plaintes ? Que mettre en œuvre pour moins se plaindre ? Et quels bienfaits en retirerons-nous ?

Se plaindre : un mécanisme inconscient d’insatisfaction

La plainte est l’expression d’une insatisfaction personnelle qui découle d’un besoin inassouvi. Au moment M, c’est le seul moyen trouvé pour tenter de résoudre cette insatisfaction. Vous n’êtes pas reconnu à votre juste valeur au bureau ? Alors, vous vous plaignez de votre patron. Ce mécanisme est inconscient. Et pour preuve, l’être humain se plaint en moyenne 15 à 30 fois par jour.

Pourquoi se plaint-on ?

À première vue, on se plaint pour se soulager, pour évacuer son stress et son anxiété. Mais il y a d’autres raisons :

  • Pour recevoir de l’attention

Dans le jargon des coaches, on parle d’« appeler un sauveur ». La personne se positionne en victime et se plaint pour crier à son entourage qu’elle existe. Mais c’est une spirale négative :  tant que vous vous plaignez, quelqu’un s’occupe de vous, donc vous êtes encouragé(e) à continuer !

  • Pour se déresponsabiliser

Se plaindre, c’est aussi dire « Ce n’est pas moi, c’est les autres / le monde comme il est / etc ». En rejetant la faute sur ce qui vous entoure, vous témoignez en réalité de votre impuissance à améliorer les choses. De cette façon, vous évitez de prendre la responsabilité de votre vie.

  • Pour générer l’envie

Dans certains cas, se plaindre équivaut à se vanter. La femme qui se plaint de son mari qui est désordonné se vante en fait d’être ordonnée. En soulignant un défaut perçu chez l’autre, vous attestez que vous n’avez pas ce défaut.

  • Pour nourrir son pouvoir

Votre collègue se plaint d’un autre collègue ? En multipliant les plaintes, cette personne espère peut-être obtenir du soutien contre un rival au cas où une lutte se déclencherait.

Initialement publié par Lauranne Garitte, Journaliste santé le 30/06/2016 - 12h46 et mis à jour par Lauranne Garitte, Journaliste santé le 30/06/2016 - 12h46

Cécile Callewaert, coach (http://espace-mieux-etre.be);
Gaëtan Gabriel, coach (http://coach-altitude.be);
Patricia Stas, psychologue et coach (www.coachingintelligence.be).
Will Bowen, « 21 jours sans se plaindre », Ed. de l’Homme (http://www.willbowen.com/).
http://psychpedia.blogspot.be/2015/11/the-science-of-happiness-why.html

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Je ne ressens plus aucun désir pour mon conjoint... Publié le 19/05/2014 - 13h32

L'absence de désir sexuel, c'est une plainte féminine très fréquente en consultation de sexologie. Le désir est parti et cette femme cherche à se guérir, à retrouver cet élan. Mais son désir est-il vraiment parti ? Y a-t-il vraiment quelque chose à g...

Plus d'articles