La bradycardie expliquée en vidéo

Vidéo publiée le 19/08/2010 - 16h57 et mise à jour par Blausen (Collectif) le 22/11/2010 - 14h12
-A +A

PUB

Le cœur est un muscle qui se contracte selon une séquence rythmique pendant toute la durée de notre vie. Chaque battement est stimulé par un signal électrique généré par le système de conduction cardiaque. Normalement, le cœur bat environ 60 à 100 fois par minute. En cas de problème avec le système de conduction, le cœur peut battre trop rapidement, trop lentement ou avoir un rythme irrégulier. L'électrocardiogramme (ECG) permet de mesurer et d'enregistrer l'activité électrique du cœur.

Au cours d'un battement cardiaque normal, le signal cardiaque suit un cheminement spécifique dans le cœur. Le signal commence dans le nœud de Keith et Flack, situé dans l'oreillette droite. Ce nœud déclenche la contraction des oreillettes, ce qui pousse le sang dans les ventricules. Le signal électrique passe ensuite dans le nœud auriculoventriculaire (ou nœud AV), puis dans les ventricules. Ce signal provoque la contraction des ventricules, qui pompent le sang dans les poumons et le corps.

En cas de retard ou de blocage du signal, une bradycardie peut se développer. La bradycardie (ou plus simplement bradycardie sinusale) est une arythmie associée à un rythme anormalement lent du cœur (moins de 60 fois par minute).

Cette pathologie est généralement asymptomatique. Chez certains patients, néanmoins, la bradycardie peut provoquer des vertiges, une faiblesse ou des évanouissements. Ces symptômes sont dus à une baisse de la circulation du sang riche en oxygène vers le corps, en particulier à la baisse du flux sanguin vers le cerveau. La bradycardie peut être secondaire à une cardiopathie ou n'avoir aucune cause identifiable.

On traite la bradycardie par des médicaments ou, dans les cas graves, par l'insertion d'un stimulateur cardiaque afin de réguler le rythme cardiaque.

Vidéo initialement mise en ligne le 19/08/2010 - 16h57 et mise à jour par Blausen (Collectif) le 22/11/2010 - 14h12
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB