Black-out : quand l'alcool fait flancher la mémoire

Mise à jour par Elise Dubuisson, journaliste santé. le 25/09/2015 - 15h26
-A +A

L'alcool ne se contente pas de faire tourner la tête, voire de rendre malade. Il peut aussi influencer les processus de mémorisation. Si bien que certains se réveillent avec une gueule de bois et plus aucun souvenir de leur soirée. C'est ce qu'on appelle le black-out. Explications.

PUB

Il y a deux types de black-out

Le black-out est un épisode temporaire d'amnésie qui fait suite à une consommation excessive d'alcool. Il en existe deux types :

  • Le black-out en bloc : la personne qui en souffre ne parvient plus à se rappeler ce qui s'est passé lorsqu'elle était alcoolisée. Tous les souvenirs de ce moment ont disparu.
  • Le black-out fragmenté : la personne se rappelle ce qui s'est passé lorsqu'elle était alcoolisée mais elle a oublié certains détails dont elle ne se souvient que si on les lui mentionne. Si personne ne lui parle de ces événements, il est possible qu'elle ne se rende pas compte qu'elle souffre d'un black-out fragmenté.

Le black-out dépend de la quantité d'alcool

Le black-out n'est pas le propre des alcooliques. Il survient aussi chez des personnes qui ne boivent qu'occasionnellement. Il n'y a cependant pas de risque de présenter un black-out lorsqu'on consomme des quantités raisonnables d'alcool.

Ces épisodes amnésiques sont dans la plupart des cas précédés d'une absorption excessive - voire rapide - d'alcool. Certains facteurs peuvent toutefois influencer le risque de black-out tels que le fait de boire de l'alcool sans avoir mangé. Par ailleurs, ce phénomène dépend aussi de la manière dont l'organisme de chacun assimile l'alcool. Cette assimilation dépend du poids, du rapport graisse/poids entre autres. C’est pour cela que les femmes sont généralement plus sensibles au black-out, surtout si elles n’ont pas mangé avant de commencer à boire.

Par ailleurs, une personne ayant déjà souffert de black-out est plus à risque d'en présenter à nouveau.

Initialement publié par Elise Dubuisson, journaliste santé. le 25/09/2015 - 15h26 et mis à jour par Elise Dubuisson, journaliste santé. le 25/09/2015 - 15h26

White, A.M. et al, http://pubs.niaaa.nih.gov/publications/arh27-2/186-196.htm

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Les grands buveurs ont besoin de vitamine B1 Publié le 02/01/2014 - 16h58

La vitamine B1 est fréquemment prescrite dans les cures de désintoxication alcoolique. En effet, il faut des vitamines pour éviter le syndrome de Korsakoff. Ce nom exotique désigne en fait une maladie liée à l'excès d'alcool, qui entraîne une détério...

Simples trous de mémoire ou maladie d'Alzheimer? Publié le 08/12/2014 - 09h24

Oublier un code, perdre ses clés, se tromper de couloir de métro, ne pas se rappeler un numéro de téléphone...… De tels troubles de la mémoire augmentent naturellement avec l'âge. Ils ne révèlent pas tous pour autant les prémices de la maladie d'Alzh...

Repérer la maladie d’Alzheimer sans se tromper Publié le 24/05/2017 - 11h39

Inattentions fréquentes, pertes d’objets répétées… la maladie d’Alzheimer semble une évidence. Pourtant, très souvent, ces signes sont simplement le reflet du vieillissement normal de la mémoire . Savoir repérer la maladie, c’est permettre un diagnos...

Le dangereux effet désinhibiteur de l'alcool Mis à jour le 23/02/2002 - 00h00

Les troubles cognitifs induits par l'alcool sont en partie responsables de la désocialisation progressive des personnes alcoolo-dépendantes. Cependant, l'effet désinhibiteur de l'alcool a aussi un impact social important et souvent sous-estimé : il p...

Plus d'articles