Bilan biologique chez le nourrisson et chez le jeune enfant

Mise à jour le 15/01/2007 - 01h00
-A +A

Nourrisson

PUB

Pourquoi un bilan biologique chez le nourrisson ?

Des examens biologiques, comparables à ceux réalisés chez l'adulte, peuvent être nécessaire chez le nourrisson avec les mêmes indications que chez un adulte. Cependant, l'interprétation des résultats est différente compte-tenu des particularités physiologiques du nourrisson, dont tous les systèmes métaboliques ne sont pas toujours parfaitement matures. De plus, les valeurs de référence de nombreux examens biologiques varient en fonction de l'âge. Ces valeurs sont généralement différentes chez l'enfant puis chez l'adulte. Par ailleurs, certains examens sont systématiquement réalisés dans les jours qui suivent la naissance, afin de dépister certaines maladies qui nécessiteraient une prise en charge médicale adaptée.

Quels sont les examens demandés pour un bilan biologique chez le nourrisson ?

Les examens biologiques non spécifiques :Normes biologiques des principaux examens à la naissanceLes examens biologiques de dépistage à la naissance :Bilirubine (libre et conjuguée) : ce dosage est réalisé à la naissance afin de différencier un ictère physiologique (ou jaunisse) du nourrisson, d'un ictère plus important. En effet, un ictère néonatal transitoire est observé chez tous les enfants prématurés et chez la moitié des nouveau-nés. Il est dû à l'absence passagère d'une enzyme indispensable à la transformation de la bilirubine libre en bilirubine conjuguée. Si le taux de bilirubine est très augmenté, un traitement (photothérapie) est nécessaire. Test de Guthrie : ce test permet le dépistage de la phénylcétonurie, maladie héréditaire dont le dépistage est systématique, et pratiqué chez le nourrisson, dès les premiers jours de vie.Les examens de dépistage en cas de suspicion d'affections médicales :T3l, FT3 – T4L FT4 : un dosage des hormones thyroïdiennes est parfois fait à la naissance en cas de suspicion d'hypothyroïdie.Test de la sueur : ce test peut aussi être pratiqué chez le nourrisson en cas de suspicion de mucoviscidose dès le deuxième jour de vie. Cependant, le recueil de sueur est difficile avant 3 à 4 semaines de vie.

Initialement publié le 01/06/2001 - 02h00 et mis à jour le 15/01/2007 - 01h00
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Bronchiolite : que faut-il savoir ? Publié le 06/01/2014 - 15h24

Chaque hiver , la bronchiolite sévit auprès des plus petits, principalement avant 2 ans. Que devez-vous savoir sur la bronchiolite ? Transmission, comment réagir, quel est le traitement de la bronchiolite ?

Bébé : éviter l'excès de protéines ! Publié le 28/10/2014 - 15h42

Les protéines, tellement conseillées dans l’alimentation des adultes, ne sont recommandées pour les bébés qu’en toute petites doses. Quand on nourrit un bébé avec trop de protéines, le risque d’obésité à l'âge adulte augmente…

Comment éviter la bronchiolite Publié le 27/11/2014 - 17h51

Les épidémies de bronchiolite , infection virale des petites bronches, touchent chaque année 40.000 nourrissons. Si la bronchiolite est le plus souvent modérée, elle peut se révéler très sévère chez les bébés les plus fragiles . Des mesures de préven...

Plus d'articles