Bien dormir, ni plus ni moins

Publié par Isabelle Eustache le 30/06/2011 - 14h36
-A +A

Cette étude qui a analysé la relation entre la durée du sommeil et le risque de dépression, a aussi l’avantage de nous indiquer le temps de sommeil idéal associé à une meilleure qualité de vie.w

Moins de dépression en dormant 6-9 heures par nuit

Les chercheurs se sont intéressés à 10.600 personnes âgées en moyenne de 52 ans, interrogées à l’aide de questionnaires sur leurs habitudes de vie, notamment en termes de durée de sommeil, et sur leurs éventuels symptômes dépressifs.

Après analyse des données, il s’avère que les sujets qui dorment entre 6 et 9 heures sont ceux qui présentent le moins de troubles dépressifs. Étonnamment, le fait de dormir plus ou moins exerce le même impact négatif sur l’humeur des sujets.

Côté qualité de vie, les résultats sont les identiques. Les personnes qui dorment moins de 6 heures, tout comme celles qui dorment plus de 9 heures, ont une baisse similaire de qualité de vie. Alors que l’on aurait pu s’attendre à une meilleure qualité de vie chez les gros dormeurs, cette étude suggère que dormir trop ou trop peu a le même effet négatif sur la qualité de vie. Ce qu’il faut c’est donc dormir la bonne dose, qui se situe entre 6 et 9 heures sommeil par nuit.

En pratique, on retiendra qu’il faut viser entre 6 et 9 heures et miser sur la régularité.

Publié par Isabelle Eustache le 30/06/2011 - 14h36

Congrès Associated Professional Sleep Societies (APSS), 14 juin 2011, Bae C. et coll., Sleep Vol 34 2011, www.journalsleep.org.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Faut-il faire la sieste ? Publié le 25/07/2014 - 15h53

La croyance selon laquelle il faut éviter la sieste si l'on veut bien dormir la nuit, ne semble pas se vérifier scientifiquement. Au contraire, un petit somme l'après-midi augmente la durée quotidienne de sommeil, et en plus, améliore les performance...

Qui ne dort pas grossit Mis à jour le 06/07/2009 - 00h00

Le manque de sommeil augmente le risque de surpoids. Les personnes qui dorment moins de six heures par nuit ont généralement un IMC plus élevé que les autres. L'explication réside probablement dans les changements hormonaux dus au manque de sommeil.

Sommeil et maladies Mis à jour le 19/06/2007 - 00h00

Le sommeil est indispensable au bon fonctionnement de notre cerveau, mais aussi de tout notre organisme. Les données s'accumulent concernant le lien entre le manque de sommeil et l'obésité, mais aussi avec le diabète et les maladies cardiovasculaires...

Plus d'articles