Le Belge carencé en iode ?

Publié par Nicolas Rousseau, diététicien nutritionniste le 30/12/2003 - 00h00
-A +A

PUB

Le bonnet d'âne

Depuis 1990, suite au " Summit for Children " des Nations Unies, des progrès considérables ont été effectués dans l'élimination de ce fléau socio-économique, en particulier l'iodation universelle du sel alimentaire. Cette technique peu coûteuse est très efficace : à titre d'exemple, si l'on considère l'apport journalier moyen en sel d'un adulte belge (soit environ 10 g), la simple utilisation de la salière permet d'assurer des apports de près de 150 mcg par jour, soit l'apport journalier recommandé, sans compter l'iode contenu dans les autres aliments. Malheureusement, le réflexe d'achat de sel iodé est très peu entretenu dans notre pays, qui est le dernier de la classe du dernier continent (l'Europe) dans la lutte contre la carence iodée…Une consommation régulière de poisson et de produits de la mer, ainsi que de fruits et légumes, permet aussi de couvrir une bonne partie des apports iodés.

Publié par Nicolas Rousseau, diététicien nutritionniste le 30/12/2003 - 00h00 Symposium " La nutrition en oligo-éléments en Belgique - Données récentes ", organisé par l'Institut Danone, Bruxelles le 18/10/2003.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB