Bébé: deux erreurs diététiques à éviter

Mise à jour par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 12/03/2012 - 18h35
-A +A

Nombre de nourrissons ne sont pas allaités au-delà de trois mois, voire pas du tout. Leur nutrition repose donc sur le lait premier âge, puis, lorsque la diversification alimentaire débute, sur le lait de suite. Deux erreurs diététiques principales sont à éviter dans l'alimentation de bébé: remplacer trop tôt le lait de suite par du lait de vache, et débuter trop précocement la diversification alimentaire.

PUB

Diversification alimentaire: patience et longueur de temps...

On le dit et on le répète, rien ne presse, la diversification alimentaire ne doit pas être initiée trop tôt, et doit se faire progressivement, en introduisant un à un certains aliments de façon espacée dans le temps. Il ne faut pas la débuter avant l'âge de quatre mois révolus. En cas de terrain atopique familial, on conseille même d'attendre jusqu'à six mois. Pourquoi? Pour diminuer le risque d'apparition ultérieure de réactions allergiques, mais également pour prévenir des risques de carence nutritionnelle. En effet, une diversification alimentaire avant l'âge de quatre mois est tout simplement inadaptée à la physiologie du nourrisson.

Ne pas introduire trop tôt le lait de vache

A défaut d'allaitement maternel, l'alimentation du nourrisson est exclusivement composée de lait de premier âge, de la naissance à 4 ou mieux 6 mois. Le lait de suite prend le relais durant la période de transition correspondant au début de la diversification alimentaire, c'est-à-dire à l'introduction d'aliments non lactés. Celui-ci est ainsi recommandé de 4-6 mois à 9-12 mois. Et enfin de un à trois ans, on conseille le lait de croissance.

Pourquoi est-il déconseillé d'abandonner trop tôt le lait de suite? En raison d'un risque de carences nutritionnelles. Jusqu'au second semestre, les apports nutritionnels du nourrisson sont encore entièrement assurés par le lait. Or le lait de vache est moins riche que les laits infantiles en acides essentiels, fer, vitamine B9 (acide folique) et vitamines C, D et E. Inversement, plus riche en protéines et minéraux (sodium, potassium et phosphore), il expose à des excès.

Initialement publié par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 26/04/2005 - 02h00 et mis à jour par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 12/03/2012 - 18h35
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Carence en fer, risque élevé après l'allaitement Mis à jour le 06/03/2007 - 00h00

Le risque de carence en fer chez le jeune enfant n'est pas nul dans nos pays développés. La période qui suit l'arrêt de l'allaitement est la plus sensible car bébé passe d'un lait renfermant du fer hautement absorbable à un autre contenant du fer net...

Bébé: quel est le bon lait? Mis à jour le 14/11/2011 - 17h50

Le lait de sa maman, en priorité. Mais lorsque, pour différentes raisons physiques ou psychologiques, celui-ci est ou devient absent, votre pédiatre va prescrire un lait infantile . Ils sont légion. Comment s'y reconnaître?

Plus d'articles