Baby blues

PUB

Le baby blues survient dans les jours qui suivent l'accouchement et se manifeste par des "symptômes" variables d'une femme à l'autre :

  • crises de larmes sans raison apparente,
  • sautes d'humeur, idées tristes,
  • hypersensibilité aux critiques ou aux commentaires faits par l'entourage,
  • irritabilité, anxiété sur ses capacités à pouvoir s'occuper du bébé,
  • difficultés à s'attacher au nouveau-né et sentiment de culpabilité,
  • accablement, découragement,
  • insomnie.

  • Cause hormonale : il s'agit de la chute brutale des concentrations en oestrogènes et progestérone dans les quelques heures qui suivent l'expulsion du placenta, concentrations qui étaient très élevées durant la grossesse. Or, ces hormones ont un véritable effet antidépresseur. Ce bouleversement hormonal entraîne une perturbation importante de l'horloge interne et des émotions.
  • Cause psychologique : elle est liée au contrecoup de la grossesse et de l'accouchement, qui constituent des épreuves réellement fatigantes. Les jeunes mamans souffrent d'un manque plus ou moins important de sommeil et il est bien connu que la fatigue a des répercussions émotionnelles, comme l'irritabilité, l'hypersensibilité et la crainte de ne pas arriver à faire face. Passer du statut de femme enceinte à celui de mère n'est pas toujours facile. Devenir maman suppose de nouvelles responsabilités qui peuvent inquiéter. Sera-t-on à la hauteur ? Enfin, de nombreuses femmes sont désorientées, car elles constatent un décalage entre le bébé imaginé pendant la grossesse et le bébé qu'elles ont en face d'elles.

  • Organiser le retour à la maison : déléguez un maximum de choses au papa, aux grands-parents de votre enfant, ou encore à une aide ménagère.
  • Ne pas rester isolée : essayez de passer chaque jour un moment avec un autre adulte : invitez vos amies, votre famille et parlez d'autre chose que du bébé.
  • Programmer une activité récréative par jour : sortir faire les courses, aller voir une amie, promener bébé en faisant les magasins, et même mieux, sortir sans bébé.
  • Se reposer : essayez de dormir en même temps que votre bébé.
  • En parler à votre compagnon, à une amie qui est déjà passée par là : sachez également que le gynécologue ou la sage-femme ont l'habitude de cette dépression passagère chez les jeunes mamans et sauront vous rassurer.
  • Privilégier le contact physique avec son enfant : il est important de lui faire part de ses émotions et de ses sentiments.
  • Relativiser : le baby blues n'est pas une maladie, c'est une réaction normale et la plupart des femmes passent par là !

  • Le sentiment de mal-être persiste au-delà de 15 jours.
  • La déprime prend des proportions importantes.

Le médecin ou le psychologue va vérifier qu'il s'agit bien d'un épisode de baby blues et non d'une véritable dépression, plus profonde. Celle-ci est suspectée si la maman se sent toujours aussi fatiguéeet déprimée 6 à 8 semaines après l'accouchement, si elle refuse de voir sa famille ou ses amis, si elle n'arrive pas à s'occuper de son bébé ou d'elle-même, si elle a peur de lui faire mal. Elle peut également présenter des signes d'anorexie ou de boulimie.

La première chose à faire est de reconnaître que l'on souffre de baby blues et d'accepter d'en parler. Cela constitue le premier pas sur le chemin de la guérison. L'entourage joue un rôle essentiel de présence, d'aide et de soutien. A la maternité, l'équipe soignante, la psychologue sont là également pour écouter, aider pour les soins du bébé. Si nécessaire, la prescription d'un tranquillisant, à faible dose, permettra de calmer l'insomnie et l'anxiété de la maman.

Publié par <a href="/taxonomy/term/19071" hreflang="fr">Dr Sylvie Coulomb</a> le 05/08/2002 - 02h00 Guide familial des maladies publié sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Média, 2001
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Baby blues, dépression, faites la différence! Mis à jour le 05/10/2009 - 00h00

Les suites de couches, appelées aussi post-partum, sont un moment de fragilité psychique pour les jeunes mamans. Le Dr Linda Morisseau, pédopsychiatre, psychanalyste et chef de service à l'Institut de Puériculture et de Périnatalité, a accepté de nou...

Que faire en cas de baby blues ou de dépression post natale? Mis à jour le 12/10/2009 - 00h00

Qu'il s'agisse de baby blues ou de vraie dépression post natale, quelles sont les solutions pour le couple maman-bébé? Explication du Dr Linda Morisseau, pédopsychiatre, psychanalyste et chef de service à l'Institut de Puériculture et de Périnatalité...

Baby blues, les papas aussi! Mis à jour le 26/07/2010 - 00h00

Après un accouchement, la jeune maman peut souffrir psychologiquement. Fatigue, changement hormonal, manque de sommeil, perception d'une responsabilité démesurée, le baby blues frappe souvent, parfois jusqu'à la dépression . Une étude vient de montre...

Baby blues : papa aussi Mis à jour le 24/01/2006 - 00h00

Le baby blues de la jeune accouchée est bien connu du grand public. En revanche, qui s'occupe des troubles dépressifs susceptibles de toucher le nouveau père ? Ce baby blues paternel est une réalité à dépister et à prendre en charge rapidement, avant...

Plus d'articles